Into the Badlands — Saison 2

Badlands – Saison 2Lors de sa première saison, Into the Badlands nous a présenté un univers post-apocalyptique où les fusils ont fait place à la maîtrise du kung-fu et des armes blanches. Une zone en particulier avait été organisée en sept baronnies, chacune faisant commerce d’une ressource particulière. L’autorité de deux barons était remise en question : celle de Quinn, violent et instable, et celle de sa rivale Minerva (dite « La Veuve »), qui œuvre à briser le système existant pour empêcher l’exploitation des paysans.

De nombreux jeux politiques plus tard, les Badlands ont de nouveau sombré dans le chaos après la mort présumée de Quinn et la prise en main de sa baronnie par son fils Ryder. À l’insu de tous, Quinn a survécu et a mis sur pied une petite armée de combattants pour s’emparer des baronnies. La Veuve, quant à elle, est en guerre contre les barons restants dont elle accueille les esclaves en cavale. Sa position précaire l’oblige à prendre des décisions de plus en plus douteuses, qui poussent les membres de son entourage, dont sa fille et régente Tilda, à revoir leur allégeance.

Le héros de l’histoire, Sunny, ex-régent de Quinn et assassin légendaire, se retrouve prisonnier dans des mines où il fait la connaissance de Bajie, à la fois le comic relief du jour et son nouveau sidekick. Les deux hommes ne tardent pas à s’échapper et à mettre le cap vers les Badlands, car Sunny veut rejoindre sa famille. Ceci sert de prétexte pour donner aux spectateurs un aperçu de l’extérieur des Badlands, qui s’avère être un univers déchu à la Mad Max, mais avec plus de verdure. La misère règne au milieu des ruines d’une civilisation disparue (la nôtre, en fait), dont on réutilise les débris comme on peut. Même les despotes locaux vivent dans la fange, ce qui explique mieux l’existence des baronnies, car elles permettent à leurs dirigeants de maintenir un certain confort. Il est assez ironique de voir Sunny traverser ces dangereux territoires avec l’intention de ne tuer personne; il s’agit d’un vœu pieux, bien sûr, d’une façon de se convaincre qu’il mènera un jour une vie normale et non celle d’un assassin.

Un autre qui essaie d’échapper à son destin est M.K., le jeune homme que Sunny avait pris sous son aile dans la première saison. Capturé et emmené dans un monastère perché à flanc de falaise, il s’entraîne à contrôler son étrange pouvoir : s’il subit une coupure, la personnalité de M.K. laisse place à une version terrifiante de lui, qui tue tous ceux qui se trouvent dans son périmètre immédiat. Insatisfait de son expérience au monastère dont le maître ne lui inspire pas confiance, il s’enfuit pour repartir à la recherche d’un lieu légendaire nommé Azra. Sa quête deviendra celle de Sunny et de Bajie également, sauf qu’il s’avère que La Veuve tient aussi à trouver l’endroit, et elle pense avoir besoin de M.K. et de ses dangereux pouvoirs pour arriver à ses fins. Azra semble inatteignable, bien que des indices (une boussole, un livre indéchiffrable, une vieille revue) laissent supposer que la ville se trouve bien quelque part.

Je dis que Sunny est le héros de l’histoire, mais la deuxième saison met beaucoup l’accent sur La Veuve, possiblement la seule personne dans les Badlands qui pourrait le vaincre en duel (en frou-frous et talons aiguilles, de surcroît). Nous en apprenons plus sur son passé, sur ses aptitudes réelles et sur sa fascination avec Azra. Ni une héroïne ni une anti-héroïne, elle est un personnage complexe, car on ne connaît pas encore ses véritables motifs. Elle assure se battre pour l’égalité de tous, sauf que… son accès au pouvoir la transforme en tout ce qu’elle clame mépriser.

Les scènes de combat sont l’une des principales attractions de la série : pensez à celles que l’on voit dans les films asiatiques avec des câbles et des envols impossibles. Les protagonistes y vont à mains nues, ou à coups d’épées, de lancers de shurikens ou de tirs d’arbalète — évidemment, c’est le genre de série où vous verrez des gens arrêter des flèches en plein vol. Vous me direz que c’est toujours plus facile que d’esquiver des balles!

L’univers se développe un peu lentement, mais l’on devine que le récit va se focaliser de plus en plus vers Azra et ses secrets. Une toute nouvelle cohorte s’annonce pour la troisième saison, possiblement dans la même catégorie que M.K. et son pouvoir destructeur. Il nous reste encore à découvrir l’origine de cette mutation, sans parler de ce qui est arrivé à la civilisation précédente. Cela dit, l’intérêt humain se maintient grâce à des personnages de bande dessinée complexes très bien joués. Le visuel est alimenté par un peu de CGI, mais surtout par une palette de couleurs vives qui donnent une belle facture artistique à l’ensemble.

Badlands saison 2 - SunnySunny (Daniel Wu)

Badlands saison 2 - BajieBajie (Nick Frost)

Badlands saison 2 - MKM.K. (Aramis Knight)

Badlands saison 2 - WidowLa Veuve (Emily Beecham)

Badlands saison 2 - TildaTilda (Ally Ioannides)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet