The Magicians — Saison 3

The Magicians – Season 3La charmante et très milléniale adaptation de la trilogie The Magicians de Lev Grossman se poursuit avec une troisième saison. Parce que Quentin Coldwater et ses amis ont dû tuer un dieu afin de sauver Fillory de la destruction, la magie a été coupée par d’autres divinités en guise de représailles. Aucun humain n’y a accès, sauf Julia Wicker qui a reçu les pouvoirs du trickster Reynard. Les créatures, elles, ne sont pas affectées puisqu’elles sont l’incarnation de la magie; ceci pose un grave problème au royaume de Fillory, maintenant assiégé par les fées, au grand dam des principaux souverains, Eliot et Margo.

Une nouvelle quête s’offre aux héros : trouver les sept clés d’un conte pour ouvrir la porte située à l’extrémité du monde et restaurer la magie. Puisque les clés détiennent des pouvoirs différents, comme manifester une illusion ou créer un portail, le récit prend des tournures absolument inattendues. Les sept ou huit membres du groupe ont l’occasion de vivre chacun leurs propres aventures selon l’effet des clés auquel ils sont exposés. Existant sous forme astrale, Penny peut être perçu par ses amis au moyen de la clé de la Vérité. Quentin, lui, subit l’effet de la clé de l’Abysse qui matérialise son côté sombre et dépressif. La clé de l’Unité, elle, force le groupe à s’unir dans un nouveau numéro musical — un hommage à David Bowie — pour convaincre un ami exclu de se joindre à eux. Ce ne sont qu’une poignée d’exemples.

Les fées sont un ajout réussi à la dynamique de l’histoire. Comme dans tout bon récit, ces « méchants » ne sont pas dépeints comme étant entièrement négatifs. Lorsqu’on en apprend plus sur leurs motifs et le sort qui leur est parfois réservé, on ne peut s’empêcher de sympathiser avec ces fées, ce qui rend le problème de l’occupation de Fillory d’autant plus complexe.

Il n’y a aucun ralentissement dans cette saison, les épisodes sont intenses et forts en émotions, même que le scénario oblige à l’occasion les protagonistes à s’arrêter et à faire le point sur leurs sentiments. Heureusement, les choses sombrent rarement dans la guimauve; comme à l’accoutumée, la situation présente régulièrement un élément délirant ou une réplique sarcastique pour alléger l’atmosphère. Les one-liners sont légion et dans ce domaine, Margo et Eliot sont mes personnages préférés.

The Magicians se démarque toujours par sa mise en abyme avec des héros amateurs de fantasy qui connaissent les classiques et la culture pop. Ils ne ratent aucune référence à Harry Potter, Game of Thrones… ou Battlestar Galactica et même Gossip Girl lorsque la situation l’exige. Quentin Coldwater, le plus nerd d’entre eux, s’interroge constamment sur les tenants et les aboutissants de la quête, sur la manière dont elle transforme les héros, sur les nombreux sacrifices qu’elle exige d’eux. C’est l’un des aspects qui rend la série spéciale, car comme les héros connaissent le script de base, les scénaristes doivent rivaliser d’imagination pour amener de nouveaux retournements. Ainsi, la grande Bibliothèque entre les mondes s’avère être une sorte de Deep State sans scrupules avec à sa solde une famille de puissants magiciens corrompus. Même les administrateurs de Brakebills, l’école secrète des magiciens, ne sont pas aussi respectables que l’on aurait pu espérer. Signe des temps?

Bref, trois saisons plus tard, je suis toujours fan.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.