Twin Peaks (1990-1991)

Twin Peaks

J’avais vu la première saison de cette étrange série à l’époque des vidéocassettes et des magnétoscopes. J’y suis revenue récemment (via iTunes) pour voir la deuxième saison que j’avais ratée et pour me rafraîchir la mémoire sur l’ensemble. Ce qui m’intéresse ultimement est de regarder le reboot qui se déroule 25 ans plus tard, comme l’avait prédit l’avatar d’un des personnages.

La plupart des gens connaissent maintenant les prémices. Twin Peaks est un petit patelin de l’État de Washington situé à deux pas de la frontière canadienne. L’économie locale repose sur les activités d’une scierie, de l’hôtel The Great Northern et de petits commerces, en parallèle avec des affaires illicites, dont le trafic de drogues transfrontalier. La ville se trouve à proximité d’une forêt (spécifiquement une étendue appelée Ghostwood) caractéristique de la côte ouest. Un jour, le cadavre de Laura Palmer, une collégienne populaire, est retrouvé enveloppé dans du plastique. Le FBI dépêche alors l’agent spécial Dale Cooper pour résoudre ce crime qui secoue la communauté, car un meurtre semblable avait été commis dans la région un an plus tôt, ce qui laisse à penser qu’un tueur en série est à l’œuvre.

Le succès de la série de David Lynch et Mark Frost repose en partie sur une galerie de protagonistes hauts en couleur qui sont mêlés à toutes sortes d’intrigues et de secrets parfois inavouables. Nous avons un manchot aux personnalités multiples, une dame qui ne se sépare jamais de sa bûche, un psy amateur de culture hawaïenne, un major de la US Air Force ayant participé au projet Blue Book, plusieurs bandits au degré d’aptitude variable, des beautés fatales à la vie amoureuse compliquée… Twin Peaks n’a rien d’ordinaire! Et l’agent Cooper, qui se retrouve au milieu de cette faune, n’est pas fade non plus, notamment avec son habitude de raconter son quotidien à un magnétophone portatif.

Une dose de paranormal épice le tout. Comme l’apprendra Cooper lorsqu’il sera fait membre d’une société secrète locale, il existe dans les bois une présence maléfique, et le meurtre de Laura Palmer pourrait en être une manifestation. Reste que la nature de cette source n’est pas claire : est-elle d’origine extraterrestre, interdimensionnelle ou métaphysique? Toutes les avenues sont possibles. La conclusion de la première saison nous amènera carrément sur le thème de la possession, c’est tout dire. Entre-temps, nous aurons eu droit à plusieurs visions oniriques mettant en vedette un sage géant et un nain dansant.

La deuxième saison s’est avérée un peu moins prenante, bien qu’elle ait développé habilement le personnage du major Briggs et ses disparitions inexpliquées, en y juxtaposant une conspiration mystérieuse concernant une loge blanche et une loge noire existant vraisemblablement dans Ghostwood. La faiblesse réside dans le « méchant » de la saison, un ancien collègue dément de Dale Cooper, nommé Windom Earle. Pour alimenter l’histoire, les scénaristes ont aussi proposé une sous-intrigue amoureuse entre Dale et une nouvelle venue, mais ça détonne plus qu’autre chose.

L’ensemble est néanmoins devenu une série culte à ne pas manquer. Je reverrai également le film Fire Walk with Me qui raconte les derniers jours de Laura Palmer. Ajoutons à cela quelques livres explicatifs, et il y a pas mal de matière à couvrir avant de passer à la nouvelle série.

Twin Peaks

2 Commentaires

  1. Daniel Sernine

    Hélas la 2e saison, dont Lynch avait sous-traité la réalisation à divers sous-fifres, dérapait parfois vers l’humour absurde, voire carrément burlesque (l’épouse de je-ne-sais-plus-qui, qui perd la raison après un choc à la tête et se prend, entre autres, pour une cheerleader, le propriétaire de l’hôtel, lui aussi viré fou, qui fait des reconstitutions miniatures dans son bureau). Sans compter l’interminable finale, où manifestement Lynch et l’agent Cooper ne savaient pas où ils allaient, laissant à tout un chacun le soin d’interpréter à leur guise ce ballet de portes et de rideaux ouverts et refermés… le tout dans une production qui, à l’évidence, ne disposait plus que d’un budget dérisoire.

  2. La finale étrange était une course de doppelgängers, et le «méchant» Cooper a visiblement gagné, ce qui permet à Bob de se trouver un nouvel hôte. Mais où se trouve le «gentil» Cooper? Effectivement, l’accès de folie de Ben Horne, qui recrée la guerre civile américaine (avec une victoire du Sud!), pour ensuite remplacer ses cigares par des bâtons de céleri était plutôt poussé. Quant à Nadine, la femme borgne, elle a toujours été pas mal zinzin (avec ses tringles à rideaux silencieuses notamment).

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.