People of Earth — Saison 2

People of Earth 2

La deuxième saison de cette désopilante série ne perd rien en qualité. Est-ce que le secret réside dans sa brièveté, avec seulement une dizaine d’épisodes d’une vingtaine de minutes? Il est facile de se laisser tenter par un marathon lorsqu’on a accès à une saison complète. Je me forçais à ne regarder que deux épisodes par jour pour faire durer le plaisir, sinon ces quelque 200 minutes auraient été vite consommées.

Nous reprenons tout de suite après le cliffhanger de 2016 : Ozzie et Gina venaient d’apprendre que les membres de StarCrossed avaient été ensemble à bord d’un vaisseau spatial pendant leur enfance; Gerry s’était ENFIN fait enlever par les extraterrestres; et Richard découvrait la véritable identité de Nancy l’androïde et de Jonathan le Reptilien.

Les aventures se poursuivent avec l’ajout de deux nouveaux personnages. Alex Foster, agente gaffeuse du FBI, débarque à Beacon avec l’intention de mettre la main au collet de Jonathan Walsh, soupçonné de fraude à grande échelle. Elle s’intéresse tout de suite aux membres de StarCrossed qu’elle prend pour des timbrés avec leurs histoires d’extraterrestres. À bord du vaisseau spatial, un changement d’administration s’effectue à la suite d’une fusion. Éric, le nouveau patron, se présente sous la forme d’un cube flottant doté d’un œil lumineux, un hommage à 2001, l’Odyssée de l’espace combinant le monolithe et HAL. Flanqué des membres de Daft Punk, il régente le travail de chacun à coup de clichés joviaux du style « Teamwork is dreamwork! », mais il a des plans plutôt sinistres à l’égard de StarCrossed.

People of Earth 2Éric le cube et l’un de ses gardes

Encore une fois, nous voyons les fruits d’une recherche évidente, pour ne pas dire d’un intérêt personnel, dans le domaine de l’ufologie. Le créateur, David Jenkins, n’a sûrement pas sorti de l’éther ces références très précises qui ponctuent son scénario. Cette saison, nous avons maintenant deux intelligences artificielles, Nancy et Éric, chacune œuvrant avec des motifs différents. Il est à noter que Nancy a l’air parfaitement humaine, au point de pouvoir travailler sur Terre sans soulever le moindre soupçon. Autre thème à souligner, Jeff le Gris commence à croire qu’il est le dernier de son espèce faute de recevoir des réponses à ses messages. On pense à un certain type de Gris de Zeta Reticuli que l’on dit être en voie de disparition après avoir abusé du clonage. Enfin, n’oublions pas l’aspect du contrôle mental, tant les faux souvenirs masquant une expérience d’enlèvement que les programmes implantés dans l’esprit des sujets. Ici, c’est Gerry qui se farcit la totale des procédures, avec des souvenirs absurdes et des directives secrètes dignes d’un candidat mandchou. Et comment oublier l’épisode qui se déroule dans une exposition sur les expérienceurs? Ses kiosques font le tour de la question : Betty et Barney Hill, l’autopsie d’un extraterrestre, les présidents américains reptiliens, et les Enfants des étoiles pour inclure la dimension nouvellâgeuse âge de l’ufologie (lu sur l’enseigne : Star Children: Are you an Indigo, Crystal or Rainbow Child?).

Je ne sais pas s’il y a d’autres messages subtils à comprendre. La ville où se déroule l’histoire s’appelle Beacon, le policier qui y travaille s’appelle Glimmer, et Jonathan Walsh se sert des Entreprises Glint pour couvrir les activités des Reptiliens. Beacon, Glimmer, Glint… Il y a un thème récurrent. Cela dit, plusieurs mots semblent avoir une double signification. L’agente du FBI, Alex Foster, a été élevée dans un orphelinat. Le nom Ozzie Graham rappelle l’expression « the Oz effect », signifiant une perception altérée de la réalité.

Les personnages continuent d’être bien développés au milieu d’une intrigue qui se complexifie alors que des factions se créent parmi les extraterrestres. Les expérienceurs, quant à eux, continuent de se sentir en marge du monde ordinaire, mais on voit que leur univers étrange touche en réalité un grand nombre de gens. Comme quoi des paradigmes profondément différents peuvent coexister dans une même société, quitte à créer des frictions entre les individus vivant de part et d’autre du gouffre. Cette réalité est particulièrement bien illustrée avec les mésaventures de Richard, qui perd sa femme et son travail à cause de son obsession avec les Reptiliens.

La finale donne lieu à une nouvelle débandade lorsque l’équipage du vaisseau se mutine contre le cube psychopathe et que le groupe StarCrossed est enlevé tout d’un bloc. Il faudra attendre l’été prochain pour connaître la suite!

People of Earth 2Jonathan le Reptilien réparant Nancy l’androïde

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.