Le début d’un dévoilement?

OVNI survolant le Nimitz

Au mois d’octobre, le musicien Tom Delonge annonçait le lancement d’une initiative commerciale de son entreprise To The Stars, flanqué d’ex-employés de diverses agences du complexe militaro-industriel. Le but? Éduquer les masses sur l’existence des ovnis, ou plutôt des PANIs (phénomènes aériens non identifiés), alias les UAP en anglais. Et oui, le terme ovni est incorrect dans la mesure où certaines manifestations peuvent être des masses d’énergie flottantes plutôt que des objets volants. Mais trêve de digression, le projet a été accueilli avec beaucoup de cynisme de la part de la communauté ufologique pour toutes sortes de raisons, à commencer par son aspect commercial. J’ignore quelle sera la réaction générale maintenant que les choses prennent un nouveau tournant.

Avec l’accord des autorités concernées, To The Stars a rendu publiques des scènes filmées par l’armée américaine montrant un OVNI — pardon, un PANI. Surnommé « the Tic Tac UFO », l’objet vole à toute vitesse contre le vent à proximité du USS Nimitz, un porte-avions des É.-U. Nous entendons en arrière-plan les commentaires ébahis des pilotes dépêchés dans les airs (lisez une entrevue ici). La vidéo peut être vue sur le site de To the Stars si vous parvenez à la charger. Sinon, des extraits sont affichés un peu partout sur Internet.

En soi, le truc volant n’est pas très impressionnant. Ce qui fait que cette histoire sort complètement de l’ordinaire est l’attention des médias de masse, qui ont pour tradition de courir dans l’autre direction dès qu’il est question d’ufologie. Une partie de la sphère anglophone y va du sien : le New York Times, la BBC, Politico, Business Insider, des médias canadiens, britanniques, etc. Vérification faite, il y a également des infos du côté français (Le Parisien). Rien encore du côté des médias québécois évidemment.

Les articles révèlent surtout l’existence d’un programme secret financé par le Pentagone au coût de 22 millions $ (c.-à-d. l’argent de poche tombé entre les coussins des sofas du Département de la Défense américain) pour étudier ces phénomènes, une initiative du sénateur démocrate Harry Reid. Oui, nous parlons ici d’une ADMISSION PUBLIQUE. L’un des principaux intéressés dans cette affaire, Luis Elizondo, ancien directeur des programmes d’enquête sur les menaces aériennes non identifiées, aurait démissionné pour protester contre la culture du secret régnant au Pentagone sur le sujet.

Il va sans dire que j’ai quelques réserves. Depuis des mois, je m’informe comme un nombre grandissant de gens sur le développement de plusieurs programmes spatiaux clandestins lancés après la Deuxième Guerre mondiale, entre autres dans la foulée de l’Opération Paperclip. Je n’en ferai pas un topo, la question est beaucoup trop complexe. On trouvera des mines de renseignements du côté de Gaia, Project Camelot, le Disclosure Project et Exopolitics pour ne nommer que ces sources. En comparaison, les révélations de To The Stars font pâle figure et semblent être alimentées par les acteurs les moins informés du complexe militaro-industriel. En soit, ce n’est pas impossible vu l’extrême compartimentalisation de cet univers.

Par son aspect chétif, le budget de 22 millions $ est un indice que nous n’avons peut-être pas affaire aux gros joueurs. Souvenez-vous du discours de Donald Rumsfeld le 10 septembre 2001, où il a déclaré qu’à cause de la bureaucratie du Pentagone, il était impossible de faire un suivi précis des dépenses, et que 2,3 milliards $ manquaient donc à l’appel. D’après Catherine Austin Fitts, c’est plutôt un total de 21 milliards $ qui manquent à l’appel (en rapprochements non documentés) depuis environ une quinzaine d’années. Personne ne me fera croire que cette somme astronomique a été engloutie dans la guerre uniquement.

Autre sujet de réserve, le rôle de Harry Reid, un politicien de haut rang. À ses débuts, To the Stars avait reçu l’aide du stratège John Podesta, une allégeance qui a fini en eau de boudin avec le scandale des messages électroniques de Clinton coulés par Wikileaks, qui nous a donné le Pizzagate et l’affaire Seth Rich. Rien ne prouve que le sénateur Reid n’a pas lui aussi une pile malodorante de squelettes dans son placard. Cela dit, dans l’avant-propos de Sekret Machines: Chasing Shadows, Tom Delonge faisait allusion à un coup de main possible de la Maison-Blanche donné publiquement. C’est donc chose faite.

Ce qu’il faut tirer de la situation actuelle se résume surtout à ceci :

  • Des sources haut placé et crédibles reconnaissent l’existence d’un phénomène inexpliqué d’intérêt mondial, que l’armée étudie.
  • Les grands médias racontent l’histoire avec sérieux, sans tenter de la discréditer comme ils le font d’habitude.

Je tiens à souligner le très curieux contexte dans lequel arrivent les révélations de To the Stars. Depuis plusieurs mois, la NASA annonce régulièrement la découverte de nouvelles planètes semblables à la Terre, donc possiblement habitables (selon les normes humaines). En novembre, elle annonçait que des astronautes avaient découvert des bactéries collées sur l’extérieur de la station spatiale internationale. Plus récemment, son attention semble fixée sur Oumuamua, un curieux astéroïde provenant de l’extérieur de notre système solaire dont le comportement pousse les gens à spéculer qu’il s’agit d’un engin extraterrestre. Et au début du mois, le Washington Post publiait ses conclusions sur la réaction possible des gens concernant la question de la vie extraterrestre. Est-ce une coïncidence si tout ceci arrive en même temps?

Glowing Auras and ‘Black Money’: The Pentagon’s Mysterious U.F.O. Program

Pendant des années, le Pentagone a financé un programme secret sur les OVNI

Pentagon ran secret multi-million dollar UFO programme

The Pentagon’s Secret Search for UFOs

Pentagon says it ended secretive UFO investigation program in 2012

[ Mots-clefs : , , ]

Un commentaire

  1. Précisions :

    1. C’est l’article du New York Times qui a lancé le bal avec son article signé par Helene Cooper, Ralph Blumenthal et Leslie Kean, et non To the Stars à proprement parler. L’article ne porte pas sur Delonge, mais sur Luis Elizondo, sur les trois sénateurs qui ont financé le projet de recherche (donc Reid et deux autres qui sont décédés) et un peu sur Robert Bigelow (l’ex-propriétaire du Skinwalker Ranch).

    2. Aha, ça se réveille dans la province. La Presse et Le Journal de Montréal ont cloné le même article de Reuters. La question à 22 millions $ : pourquoi les médias dits mainstream ont maintenant décidé d’aller de l’avant avec une histoire qu’ils auraient ignoré il y a peu de temps auparavant?

    3. Ca continue du côté des médias, qui se sentent soudain moins gênés de parler d’ovnis on dirait.

    Fortune : Video Released From Government’s $22 Million UFO Program Shows Strange Flying Object

    ABC 7 : Former Pentagon UFO official: ‘We may not be alone’

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.