Musique pour enfants de la nuit

Il est temps de remballer la citrouille, mais pas de rendre les armes pour autant. En cette époque damnée où certains commerçants hissent les décorations de Noël avant même l’arrivée de l’Halloween, il n’en tient qu’à nous de résister. À la joie imposée, nous pouvons opposer nos sombres rêveries; nous pouvons enterrer les sempiternels refrains de Noël sous une musique plus endiablée.

Si vous en avez le goût vous aussi, je vous propose donc ces quelques liens musicaux.

Trent Reznor et son collaborateur Atticus Ross nous offraient dernièrement leur version d’un classique de l’horreur: le pièce principale du film Halloween. La rencontre des textures de Nine Inch Nails et de la mélodie obsédante de John Carpenter s’avère plutôt réussie. Carpenter, ayant réalisé lui-même la trame sonore de la plupart de ses films, a aussi produit deux albums, Lost Themes et Lost Themes II (la revanche), dans lesquels il s’offrait le plaisir d’explorer le même genre d’ambiances sans la pression liée à la production d’un film. Vous pouvez écouter et vous procurer le premier ici. La version Reznor/Ross d’Halloween a été produite pour souligner la sortie du nouvel album de Carpenter, dans lequel le cinéaste reprend les thèmes de ses films avec les musiciens des Lost Themes. C’est via Horreur Québec que j’ai non seulement découvert le premier lien ci-dessus, mais aussi appris que Carpenter viendra jouer ses pièces en personne à Montréal le 13 novembre.

Un autre classique réinterprété: Scandroid vous propose sa version du « Thriller » de Michael Jackson, à grands renforts de synthétiseurs. (Et pour les nostalgiques: le vidéo-clip original).

De retour au cinéma: le podcast de la revue Clair/Obscur proposait dans son onzième épisode un double palmarès de trames sonores de films d’horreur. On y retrouve un bel éventail, dont quelques incontournables (Carpenter toujours) et quelques pièces plus obscures ou récentes, extraits à l’appui.

Et pour terminer, pourquoi pas, un court-métrage autour d’une guitare satanique. C’est à la fois sanglant, drôle et niaiseux: vous savez si c’est votre genre ou non.

Et souvenez-vous: où que vous soyez, si vous pensez à elle, la citrouille est avec vous.

Un commentaire

  1. La meilleure trame de Carpenter à mon avis est celle de Vampires (avec une préférence pour la plage Santiago); c’est l’une des plus mélodieuse sans abus de synthétiseurs. Il joue en compagnie des Texas Toad Lickers.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.