Communion — Whitley Strieber

CommunionCela fait des années que j’ai entendu parler de ce classique de l’ufologie paru à l’origine en 1987 sous une couverture de Ted Seth Jacobs illustrant les traits d’un Gris. À l’époque, l’iconographie de cette peste spatiale n’était pas encore ancrée dans l’imaginaire collectif. D’après la petite histoire, le visage énigmatique (un peu plus humain sur l’image que ce que Strieber a vu) a eu tout un effet sur de nombreuses personnes, en dégageant des souvenirs occultés intentionnellement par les visiteurs. Certains n’ont pu s’empêcher de se procurer le livre; d’autres ont dû quitter la librairie où ils se trouvaient tant la créature leur causait un malaise. Les fans des X-Files, quant à eux, se rappelleront la parodie de l’illustration — ultime consécration — dans l’épisode « José Chung’s ‘From Outer Space’ » avec le Gris fumant une clope.

Déjà bien établi comme auteur de fiction (The Wolfen, The Hunger, Catmagic), Strieber a vu son talent être retourné contre lui après la parution de son essai. On lui connaissait une vive imagination et une belle maîtrise des mots. Il écrivait maintenant ses souvenirs d’une vie d’interactions étranges et terrifiantes avec des êtres possiblement venus de l’espace ou d’une autre dimension. Une aubaine pour les détracteurs de tout acabit! Les plus virulents ont été les fondamentalistes chrétiens qui ne lui pardonnaient pas de remettre en question leur cosmologie. Car, toute choquante est-elle, cette aventure a aussi une profondeur spirituelle inattendue. Strieber ne prétend pas savoir qui sont ses visiteurs ni quelles sont leurs intentions. Tout ce qu’il peut décrire avec certitude est le bouleversement intérieur qu’il a subi lorsque ses souvenirs ont enfin afflué après des années d’illusions et d’histoires qu’il se racontait pour justifier ses longues absences et sa constante fuite en avant.

Par chance, il a eu le soutien d’un entourage compréhensif, à commencer par sa femme Anne, véritable âme sœur et pilier émotionnel, qui ne s’est jamais sauvée devant les phénomènes de haute étrangeté se produisant autour d’eux. Strieber a aussi eu la chance de rencontrer Bud Hopkins, ufologue réputé, qui lui a recommandé un hypnothérapeute ouvert d’esprit, Donald F. Klein. Dans le livre se trouvent plusieurs retranscriptions de séances de régression mettant au jour les expériences de contact les plus récentes à l’époque (dans les années 80 donc), mais également des sauts inattendus dans le passé. Whitley Strieber a véritablement été une victime d’enlèvement depuis son enfance.

Je ne vous ferai pas le détail des expériences de l’auteur, à vous de les découvrir dans toute leur bizarrerie. Strieber n’est pourtant pas un cas unique. Ses recherches, aidées grandement par le travail de Bud Hopkins, l’ont mené à d’autres gens qui, comme lui, ont été enlevés à répétition et examinés, avant d’être retournés sur la terre ferme avec une plage de temps manquante. Et les êtres responsables de leur épreuve se ressemblent : une armée de créatures obéissantes, sans volonté propre, et un leader télépathique, terrifiant et charismatique à la fois. Les kidnappés entretiennent tous une sorte de relation amour-dégoût (est-ce le bon mot?) avec cet être parfois féminin, parfois masculin.

Sachez que si le Phénomène vous intéresse, Communion est un arrêt obligé pour vous familiariser avec l’un de ses aspects. Le Phénomène est un véritable prisme aux nombreuses facettes, certaines orientées vers la noirceur et d’autres vers la lumière. Les types d’expériences varient, mais tendent à ses regrouper en grandes catégories. Autrement, je sais qu’un film basé sur le livre met en vedette Christopher Walken, mais je ne compte pas le voir. Je tiens plutôt à jeter un coup d’œil aux œuvres de fiction de Strieber, car Communion m’a aussi révélé une fort belle plume.
 
Communion – José Chung

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet