Year Walk

Year Walk

Je parle rarement de jeux vidéo sur ce blogue. Sortie de la série Myst, je n’explore pas beaucoup ce qui se fait dans le domaine, en grande partie à cause de mon temps d’exposition actuel aux divers écrans. Les jeux vidéo sont un (autre) excellent prétexte pour ne pas me lever de ma chaise! Néanmoins, il est parfois difficile de résister à la tentation des puzzles à résoudre…

Ce qui figurera sans aucun doute parmi mes trouvailles de l’année est le jeu Year Walk, une création des développeurs suédois de Simogo (Simon Flesser et Magnus « Gordon » Gardebäck). Conçu au départ pour les appareils mobiles équipés d’iOS — un détail à garder en mémoire, car il affecte la manière de se déplacer et d’interagir avec les éléments du décor —, Year Walk a été adapté pour les plateformes OS X et Windows via Steam (cliquez sur le lien pour voir la bande-annonce). Une bonne nouvelle pour quiconque n’a pas de iPhone ou de iPad!

 
Year Walk

Les prémices du jeu s’inspirent d’une tradition suédoise, l’Årsgång, qui se traduit en anglais par « year walk ». Il s’agit d’une ancienne forme de divination se pratiquant à Noël ou au Nouvel An. Le participant s’enfermait, à jeun, dans une pièce plongée dans la noirceur et évitait tout contact avec qui que ce soit. À minuit, il sortait pour faire le tour de l’église et souffler dans le trou de la serrure, perdant ainsi sa chrétienté. Il pouvait alors se mesurer aux créatures surnaturelles et, selon son degré de réussite, entrevoir l’avenir. Sa marche devait se terminer au cimetière.

L’adaptation de Year Walk prend des libertés avec le concept. Le joueur incarne d’abord Daniel Svensson, un jeune homme du 19e siècle épris de Stina. Malgré le danger, il décide d’entreprendre une marche pour voir si la belle l’épousera. Sur son parcours, il croisera une huldre tentatrice, le cheval du ruisseau, les mylings (des âmes de bébés désincarnées), et le corbeau de la nuit, avant d’affronter le Grim de l’église. Mais le futur entrevu n’a rien de réjouissant. Alors que l’on croit le jeu terminé sur un drame, une deuxième partie s’amorce. Le joueur doit utiliser les indices donnés pour corriger le tir et permettre à l’aventure de se conclure sur une finale plus « acceptable ».

 
Year Walk

Le jeu lui-même est assez court une fois qu’on a maîtrisé le déplacement et la disposition des lieux. Cela dit, il y a beaucoup de lecture à faire, car le joueur est invité à trouver des indices dans une encyclopédie et dans le journal de bord d’un chercheur obsédé par la pratique de l’Årsgång. Ces textes nous plongent dans les mythes suédois et ses créatures surnaturelles, mais aussi dans la psyché des gens qui se sont mis dans la tête de les rencontrer. Or, ce n’est pas pour rien que le monde invisible est difficile d’accès…

Visuellement, Year Walk est superbe avec sa palette sobre, son décor hivernal et l’utilisation habile de l’effet de collage. On retrouve l’atmosphère d’un siècle révolu ou le vernis chrétien se fissure pour révéler un fond tenace de paganisme très ancien. Le jeu flirte avec l’horreur, alors ne soyez pas surpris par les quelques brèves effusions de sang et les esprits qui vous sautent au visage. Pour ma part, j’ai aussi beaucoup apprécié la bande sonore de Daniel Olsén que j’ai achetée sur iTunes.

Le jeu est un petit bijou à essayer si vous aimez les puzzles un peu macabres et les runes scandinaves.
 
Year Walk

[ Mots-clefs : , , , ]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet