Fin de ronde — Stephen King

Fin de ronde – Stephen KingAvec Fin de ronde (End of Watch en version originale), Stephen Kind conclut sa trilogie des enquêtes de Bill Hodges et de son équipe de détectives en herbe. Cette série s’ouvrait avec le carnage de M. Mercedes suivi du travail acharné de Hodges, alors policier retraité aux tendances suicidaires, pour mettre la main au collet du fou furieux. Le maniaque en question, Brady Hartsfield, se retrouve dans le coma après une tentative d’attentat ratée, ce qui permet l’interlude des Carnet noirs (Finders Keepers), une enquête indépendante menée par Hodges et ses amis.

Dans Fin de ronde, Brady Hartsfield revient au premier plan. À l’insu du personnel de l’hôpital, le jeune homme fait l’objet d’expériences discrètes d’un neurologue ambitieux et peu scrupuleux. S’étant éveillé de son coma, Brady vit dans un état semi-végétatif sur le plan physique, mais très actif sur le plan conscient, ce qu’il cache à tout le monde. Il découvre vite qu’il a développé des pouvoirs psi, notamment une forme de télékinésie rudimentaire, mais aussi une sorte de contrôle mental de son entourage dans certaines circonstances. Cette partie de son cerveau qui fonctionne à plein régime se souvient très bien de son ennemi juré Bill Hodges. Son désir de vengeance occupe maintenant le centre de son existence et Brady commence discrètement à mettre ses pions en place en sautant dans l’esprit des gens comme un parasite.

À la fois complexe et caricatural, Brady Hartsfield est le méchant typique des romans de King, une sorte d’extraterrestre incapable de fonctionner normalement dans la société. Dans le fond, il est une incarnation du Mal avec un grand M dans un corps endommagé. Tout son être n’a qu’une obsession, celle d’infliger de la souffrance, que ce soit en fauchant des vies à bord d’un véhicule volé ou en insinuant des pensées suicidaires dans les esprits fragilisés. Et le voilà aujourd’hui maîtrisant des pouvoirs de persuasion décuplés, sans parler d’un accès à un jeu électronique addictif par lequel il joint un public sans méfiance…

Le titre « Fin de ronde » fait référence à plusieurs aspects de l’histoire. D’une part, celle-ci se déroule en grande partie dans un hôpital où médecins et infirmières se suivent auprès des patients. Tous ne survivent pas à leur tournée quotidienne de la chambre 217. Également, Bill Hodges entretient de forts soupçons quant au degré de catatonie réel de Brady et il lui rend régulièrement visite pour le provoquer dans l’espoir qu’il finisse par révéler son jeu. Il devra vaincre à nouveau le psychopathe pour rompre le lien qui les unit. Enfin, Hodges voit son état de santé décliner si bien que cette enquête risque d’être la dernière, bien qu’elle puisse être la plus importante de sa vie.

J’ai retrouvé avec plaisir les acolytes de Hodges formant l’équipe de détectives Finder Keepers. Holly, une pro de l’informatique fragile et semi-autiste, se brouille avec les étrangers qui ne comprennent pas son attitude, mais elle fait preuve d’un instinct et d’un esprit de déduction brillants qui la rendent tout de suite attachante. Elle est flanquée de Jérôme, qui joue un rôle plus discret dans ce roman, occupé qu’il est à construire des maisons dans le cadre du projet Habitat pour l’humanité. Bien sûr, il revient en quatrième vitesse lorsque sa sœur fait l’objet d’une attaque de Hartsfield, ce qui permet de ramener sa sympathique famille dans le décor. Bill, Holly et Jérôme semblent n’avoir rien en commun à part leur grande intelligence respective; toutefois, la dynamique affectueuse de l’équipe fonctionne et contraste bien sûr avec la noirceur de Hartsfield.

Malgré une touche plus policière que fantastique, la trilogie Bill Hodges devrait plaire aux amateurs de romans classiques de King, avec une forte dose de suspense, des éléments d’horreur et des héros ordinaires qu’on aimerait rencontrer dans la vraie vie. En version française, vous trouverez la trilogie chez Albin Michel.
 
Mr Mercedes - Carnets noirs

[ Mots-clefs : , , ]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet