Mr. Robot — Saison 1

Mr. Robot - Saison 1Après avoir terminé l’excellent Person of Interest, j’ai été agréablement surprise de découvrir une autre série prenante mettant à l’avant-plan la nature à double tranchant de la technologie. Avec Mr. Robot, nous plongeons dans l’univers trouble des hackers, peu importe la couleur du chapeau qu’ils portent (en français, je crois qu’il faut parler de bidouilleurs et de pirates, mais vous comprenez de quoi je parle).

L’histoire est perçue principalement à travers les yeux d’Elliott Alderson, un technicien en sécurité travaillant pour la cyberentreprise Allsafe à New York. Souffrant de dépression et de phobie sociale, il est incapable d’établir une réelle connexion avec les gens autrement qu’en les piratant sur Internet pour découvrir leurs secrets. Par la force des choses, il devient une sorte de justicier en mettant au jour les agissements criminels des uns et des autres. Lorsque le groupe fsociety pirate les serveurs du consortium E Corp, le plus gros client d’Allsafe, Elliott est entraîné dans leur projet le plus fou : effacer les données d’E Corp pour littéralement effacer la dette mondiale.

Elliott est admirablement bien joué par Rami Malek, un acteur à la drôle de gueule et dont les yeux immenses rendent bien l’introversion maladive du personnage. Ce dernier a toujours au moins deux fils de pensée simultanés en tête, et l’un de ces fils consiste en une conversation avec un ami imaginaire — nous, le spectateur. Comme l’histoire nous est présentée à travers le prisme déformant de sa perception, E Corp est systématiquement rebaptisée Evil Corp, et les affiches publicitaires montrent de curieux de messages. Des cadrages adroits et inattendus ajoutent à l’impression déstabilisante de l’ensemble, et la série passe du thriller social au trip paranoïaque sans perdre de sa fluidité.

Il n’y a pas qu’Elliott et son combat contre l’oppresseur capitaliste (je simplifie à outrance, car le personnage articule parfaitement les problèmes de notre société et sait aussi très bien déchiffrer les gens). L’histoire nous entraîne également dans les méandres d’une multinationale et de ses jeux de pouvoir en nous montrant les intrigues d’un cadre sociopathe qui convoite le poste de directeur de la technologie chez E Corp. Dans l’entourage d’Elliott, nous avons sa collègue Angela, une belle blonde que tout le monde sous-estime jusqu’au jour où, ayant marre d’être la gentille fille qui ne reçoit rien, elle décide de tracer sa propre voie au bulldozer. Enfin, le chef de fsociety (joué par Christian Slater) est un anarchiste brillant et instable qui sait user de pychologie fine pour mener Elliott par le bout du nez.

La première saison est une réussite avec un scénario passionnant, très bien ficelé et réservant plusieurs surprises. De plus, l’ambiance de mystère et de paranoïa est rendue efficacement par des cadrages habiles et inattendus. Les critiques ont été enthousiastes, entre autres parce que l’aspect technologique est utilisé de façon réaliste. Il y a évidemment un message social là-dedans, avec les membres de fsociety qui ont comme mascotte un personnage masqué, façon Anonymous. On voit aussi une allusion à Enron dans le logo d’E Corp, et on peut reconnaître de véritables entreprises parmi celles qui apparaissent dans le décor (Steel Mountain est sans doute la version fictive d’Iron Mountain, par exemple).

Si vous n’avez pas encore vu Mr. Robot, n’hésitez pas à lui donner sa chance.

[ Mots-clefs : , ]

2 Commentaires

  1. Daniel Sernine

    J’ai googlé Malek pour voir sa bette.
    Un seul mot: exophtalmique! :O/

  2. Oh, j’oubliais de mentionner l’originalité des titres des épisodes. Donc, pour la saison 1, nous avons ce qui suit:

    eps1.0_hellofriend.mov
    eps1.1_ones-and-zer0es.mpeg
    eps1.2_d3bug.mkv
    eps1.3_da3m0ns.mp4
    eps1.4_3xpl0its.wmv
    eps1.5_br4ve-trave1er.asf
    eps1.6_v1ew-s0urce.flv
    eps1.7_wh1ter0se.m4v
    eps1.8_m1rr0r1ng.qt
    eps1.9_zer0-day.avi

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet