La folle aventure ufologique de Tom DeLonge

Tom DeLongeIl y a quelques semaines, je me suis abonnée au podcast de Coast to Coast AM, une émission où il est souvent question de toutes sortes de thèmes inhabituels comme la cryptozoologie, le paranormal et l’ufologie. Les épisodes sont très inégaux, il faut séparer le bon grain de l’ivraie comme partout ailleurs, mais il y a des perles à ne pas manquer. À la fin du mois de mars, j’ai écouté une entrevue des plus surprenantes avec Tom DeLonge, l’ancien guitariste de Blink-182 et fondateur du groupe Angels and Airwaves. J’ignorais que l’homme était depuis toujours un passionné d’ufologie qui avait l’habitude de dévorer des bouquins sur le sujet pendant ses tournées.

DeLonge a récemment quitté Blink-182 pour se consacrer à Angels and Airwaves et sa nouvelle entreprise transmédia baptisée To the Stars. Et ce qu’il compte mettre en branle sort complètement de l’ordinaire. Au cours de ses années de recherche, il a établi des contacts avec des personnes liées de près ou de loin au gouvernement, à la communauté scientifique et au domaine de l’ufologie. Un retraité d’une importante entreprise d’aéronautique lui a demandé de présenter le grand patron lors d’un rare événement où des scientifiques et des ingénieurs œuvrant normalement dans la plus grande confidentialité ont pu emmener leur famille sur les lieux de travail (pas dans les établissements ultra-secrets bien sûr, mais dans le stationnement). DeLonge a accepté à condition d’avoir quelques minutes seul à seul avec le patron, ce qui lui a été accordé. Lors de ce bref moment, DeLonge a présenté les grandes lignes d’un projet multiplateforme visant, entre autres objectifs, à freiner le cynisme des gens envers le gouvernement et le complexe militaro-industriel. J’ignore ce que DeLonge a dit exactement, car il assure ne pas avoir mentionné les ovnis de peur d’être éjecté, mais le patron a été intéressé par son idée.

DeLonge revient deux semaines plus tard pour détailler son projet plus avant, cette fois dans un établissement hyper protégé. L’exposé, donné au départ devant les trois principaux ingénieurs de l’entreprise, se heurte à un premier obstacle : l’une de ces personnes s’est renseignée au sujet de DeLonge et a vu qu’il s’est déjà associé à des théories du complot. Arrive le patron au moment critique de la conversation, et le chanteur n’a plus le choix de parler franchement du sujet des ovnis. Quand on lui dit qu’il n’y a aucune preuve de leur existence, il réplique que l’ancien astronaute Edgar Alan Mitchell raconte à tout le monde que nous sommes visités par des extraterrestres. DeLonge demande à parler en privé au patron. Pendant cet aparté, le chanteur aborde l’existence d’un programme discret en place depuis les trente dernières années visant à habituer peu à peu les gens à la réalité du phénomène. Avec l’arrivée d’Internet et de la communication instantanée, ce programme est maintenant désuet. Son projet intitulé « Sekret Machines » a un but semblable assorti d’une approche différente, celle d’instruire et de divertir les jeunes gens par l’entremise de romans, d’essais, de documentaires, de films et de musique — bref, de créer une franchise comme Marvel ou Star Wars tournant autour d’un thème central. Ainsi, les plus jeunes générations se familiariseraient avec l’existence d’entités non humaines et des ovnis tout en comprenant mieux les raisons du secret gouvernemental entourant le phénomène. DeLonge demande aussi au patron de lire une sorte de thèse qu’il a écrite sur le sujet pour montrer ce qu’il connaît déjà.

La thèse est envoyée, lue et approuvée. À partir de ce moment, DeLonge est invité à rencontrer des gens de plus en plus haut placés à qui il présente chaque fois son idée. Il parvient à se créer un groupe de conseillers — essentiellement des scientifiques — et s’adjoint l’aide de Peter Levenda pour la partie documentaire et d’A. J. Hartley pour la fiction. Peter Levenda est un auteur américain spécialisé en histoire occulte qui a publié des bouquins sur l’ésotérisme nazi et aussi sur la relation entre le gouvernement américain et les scientifiques allemands à la fin de la guerre (l’Opération Paperclip). A. J. Hartley est un auteur d’origine britannique dont les thrillers pour adultes et les romans de fantasy pour adolescents ont connu un certain succès. Avec Hartley comme coauteur, DeLonge a récemment publié Sekret Machines: Chasing Shadows sur lequel je reviendrai plus loin.

Sekret Machines

Que penser de tout ça? Comme le journaliste George Knapp le fait remarquer pendant cette entrevue qu’il animait, ce n’est pas la première fois que le milieu de l’ufologie s’attend à ce que de grandes révélations soient imminentes de la part du gouvernement américain. En 2013, l’événement Citizen Hearing on Disclosure a rassemblé des dizaines de témoins devant des membres retraités du Sénat et de la Chambre des représentants. Plusieurs journalistes s’en sont moqués, mais cette attitude est assez répandue dans les médias traditionnels, le phénomène étant très difficile à corroborer à moins d’être soi-même présent avec une caméra lorsqu’une de ces manifestations se produit.

Cela dit, le sujet est dans l’air. Hillary Clinton a assuré que si elle était élue, elle essaierait de mettre la main sur les dossiers du gouvernement sur les ovnis pour les rendre publics, pourvu que cela ne nuise pas à la sécurité nationale. Son mari, Bill, s’était également montré intéressé par le sujet lors de son mandat, sans parvenir toutefois à se faire remettre l’information qu’il recherchait. Un autre politicien passionné d’ufologie est John Podesta, l’ancien Chef de cabinet de la Maison-Blanche sous Clinton et un conseiller spécial sous Obama. En 2015, Podesta a twitté que son plus grand échec a été de ne pas être parvenu à divulguer les dossiers sur les ovnis. Notons que les Clinton et Podesta ne sont pas les seuls politiciens associés à l’ufologie : Richard Nixon, Jimmy Carter et Ronald Reagan font également partie de la bande. Et c’est sans parler de George H. W. Bush qui, lors de sa campagne de 1988, a répondu ainsi à une question sur les ovnis : « I know some. I know a fair amount. » Rappelons qu’il a été directeur de la CIA pendant un an dans les années 1970.

Tweet de John Podesta

Qu’a donc appris DeLonge? Dans l’entrevue, il brosse un tableau plutôt sombre. Depuis longtemps, les « Autres » — le nom qu’utilisent les initiés du gouvernement, qui ne parlent pas d’extraterrestres ni de visiteurs — s’immiscent dans nos activités. Vous connaissez la théorie de base des anciens extraterrestres? C’est à peu près ça. Sauf que ces Autres cherchent à créer des factions sur Terre centrées sur des grandes religions afin d’entretenir une guerre perpétuelle. Les écrasements d’ovnis, qu’ils soient accidentels ou planifiés, permettent aux grandes puissances de faire des bonds technologiques prodigieux, ce qui rend la situation géopolitique de plus en plus délicate. Pour ne rien arranger, les Autres semblent capables d’actionner et d’éteindre les missiles nucléaires, peut-être dans l’espoir de voir une grande puissance rivale riposter en croyant à une attaque imminente. Rien de tout cela n’est nouveau, on voit ces sujets abordés dans toutes les émissions ufologiques qui font fureur ces temps-ci. C’est une autre chose que de les voir confirmés. Tout ça pour dire que ces personnes qui travaillent en secret voudraient bien que les gens soient au courant de la situation, mais il leur est impossible de tout déballer sans dévoiler leur jeu et les quelques atouts qu’ils ont pu construire. Ils doivent se méfier des nations rivales et des Autres, ce qui donne au final une dangereuse partie d’échecs.

Plusieurs vont croire spontanément que Tom DeLonge est manipulé par le grand méchant gouvernement. Il assure que ce n’est pas le cas et avance des arguments pour soutenir sa cause. Je pourrais continuer d’écrire, car l’entrevue qu’il a donnée à Coast to Coast AM dure trois heures et contient une foule de détails. Vous pouvez toujours suivre ce que produit To the Stars, surtout le projet Sekret Machines. Dans un prochain documentaire, DeLonge expliquera l’incroyable chemin qu’il a parcouru. En attendant, il est possible de se procurer le premier roman « basé sur des faits réels » et écrit avec l’approbation des initiés du grand secret ufologique, Sekret Machines: Chasing Shadows. J’en ferai la critique sous peu.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <b> <i> <a href=""> <blockquote>
Si ce n'est pas déjà fait, veuillez prendre connaissance de nos politiques.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet