Day Four — Sarah Lotz

Day Four — Sarah LotzJ’ai vérifié la bibliographie de l’auteure pour m’assurer de ne rien avoir sauté par accident, mais son premier roman s’intitule bien Three (Trois) et son second, Day Four (la traduction française ne devrait pas tarder). Bien que les deux livres puissent se lire indépendamment l’un de l’autre, ils se déroulent dans le même univers où des entités prennent possession de certaines gens à des fins mystérieuses. Donc, question de recueillir des détails sur le contexte, il est certainement avantageux d’avoir lu le titre précédent avant de se lancer dans Day Four.

Alors que le premier roman explorait les conséquences de l’écrasement simultané de quatre avions de ligne à travers le monde, entre autres sur la vie de trois enfants miraculés, Day Four nous emmène plutôt à bord du Beautiful Dreamer dans le golfe du Mexique. Quand une des passagères est retrouvée morte dans sa cabine, le chef de la sécurité tente de camoufler l’affaire pour éviter que la mauvaise publicité ne rejaillisse sur le croisiériste Foveros Cruise, qui nage déjà dans les mêmes eaux de Costa Crociere en matière de réputation. Puis, un curieux incendie se déclare dans la salle des machines, ce qui a pour effet de couper les moteurs et toutes les communications avec l’extérieur. L’équipage compte sur l’intervention prompte des secours, mais ceux-ci ne se manifestent pas. Les choses empirent alors que le norovirus se répand parmi le personnel et les vacanciers, ajoutant à la misère ambiante. Et des rumeurs tenaces circulent à propos d’un étage du navire qui serait hanté…

Très bien construit, le récit se développe d’un mystère à l’autre et nous est présenté du point de vue d’une poignée de personnages colorés : Maddie, l’assistante de Celine del Ray, une médium grincheuse entourée d’une cohorte d’admirateurs crédules; Gary, un pauvre type qui a vu son hobby inavouable tourner au cauchemar; Althea, une employée de l’équipage qui aperçoit le fantôme d’un petit garçon; Helen et Elise, deux veuves âgées ayant conclu un pacte de suicide; Jesse, le médecin de bord, qui tente de soigner des passagers de plus en plus paniqués tout en résistant à l’envie de replonger dans les calmants; Devi, un membre de la sécurité traînant un lourd passé qui essaie de résoudre le meurtre, même si son supérieur lui met des bâtons dans les roues; enfin, Xavier, un blogueur qui a la ferme intention d’exposer Celine del Ray au grand jour pour la fraudeuse qu’elle est.

La lecture de Day Four vous coupera toute envie de partir en croisière, et pas à cause des fantômes et autres entités qui arpentent les coursives du bâtiment. La plupart des passagers ne pensent qu’à se saouler et se bourrer la panse. Bruyants, exigeants et hystériques, ils tiennent plus des enfants gâtés que des adultes. Lorsque les eaux usées refluent et que les toilettes deviennent inutilisables, on rigole en les voyant obligés de faire leurs besoins dans des sacs en plastique fournis par le personnel. L’air des cabines étant de plus en plus irrespirable, tout le monde déménage sur le pont, transformant le navire de luxe en camp de réfugiés où chacun braille à qui mieux mieux qu’on les rembourse et qu’on rouvre le bar. Et c’est sans compter ceux qui perdent tout vernis de civilité, ce qui met certains fantômes en furie.

L’enquête sur la mort suspecte de la jeune femme avance difficilement à cause des nombreuses entraves, mais s’avère très révélatrice sur le caractère de chacun. À mesure que l’on en apprend plus sur les protagonistes, on se prend à sympathiser avec une partie d’entre eux et à souhaiter que les autres se noient dans leur margarita. Ailleurs, on essaie de percer le mystère des phénomènes surnaturels se produisant ici et là et donnant des sueurs froides aux employés les plus superstitieux. Celine del Ray, quant à elle, peut tout à cout canaliser une entité omnisciente qui annonce à ses ouailles une catastrophe imminente. Difficile d’arrêter la lecture, on veut savoir sur quoi tout ceci débouche.

Lorsque le calvaire semble vouloir prendre fin, l’auteure réserve au lecteur une surprise qui donne une toute nouvelle direction à l’histoire. De Three à Four, elle a développé plus avant son univers, nous révélant des pouvoirs encore inconnus et nous laissant entrevoir une réalité sinistre. Y aura-t-il un Five? Je l’espère, car avec ces entités bizarres et capricieuses qui manipulent les gens comme des marionnettes, il reste encore matière à exploiter.

[ Mots-clefs : , , ]
# Les commentaires sont fermés.
Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.