Solaris 191

Solaris 191 (onglet)Vous n’y échapperez pas! Ma participation dans le Solaris 191 étant à peu près aussi discrète qu’un accès d’affichage sauvage autour d’un chantier de construction montréalais, il est impensable de ne pas ploguer ce numéro éhontément.

Et quel numéro! Imprimées en couleur, même les pubs de la concurrence invitent à la lecture.

Ce trimestre, vous y trouverez le texte ayant remporté le Prix Solaris 2014, « La Colocation » de Josée Lepire. Autres histoires à lire : « Une petite lumière » d’Emmanuel Trotobas, « Éveil » de Geneviève Blouin, « La Décharge » de Francine Pelletier, « La Muse de Versurleau » de Gaël-Pierre Covell, « Emma » de Dave Côté, « Marie-Amélie » d’Isabelle Lauzon et « Attente » de Mathieu Croisetière. C’est l’heure de laisser tomber la lecture du TV Hebdo.

Éric Gauthier, l’un des suspects du line-up de Fractale framboise, nous propose un texte bidonnant sur les droits des lecteurs et les devoirs des auteurs. Spoiler : avocats et multinationales trouvent le moyen de s’en mettre plein les poches. Christian Sauvé, autre figure louche qu’il vaut mieux ne pas provoquer, passe les films récents de SFF dans la benne déchiqueteuse. Et la benne, c’est pour les films qu’il trouve bons.

Faisant toujours preuve d’un goût sûr, Valérie Bédard et Mario Giguère proposent aux néophytes un guide sur les films de zombies. Si vous visionnez l’intégralité de leur liste, vous pourrez soumettre votre candidature pour un doctorat honoris causa en anatomopathologie. Dans Les Carnets du Futurible de Mario Tessier, l’auteur nous dresse un topo sur les cabinets de curiosités, un passe-temps sain consistant à collectionner des scarabées égyptiens, des fœtus à deux têtes et des empreintes de Yéti. Un précurseur de Pinterest, quoi.

Et maintenant, le visuel.

 

Solaris 191 – CouvertureIllustration de couverture, Solaris 191

 

La Colocation – Josée Lepire« La Colocation » de Josée Lepire

 

La Muse de Versurleau – G.P. Covell« La Muse de Versurleau » de Gaël-Pierre Covell

 

Emma – Dave Côté« Emma » de Dave Côté

 

Marie-Amélie – Isabelle Lauzon« Marie-Amélie » d’Isabelle Lauzon

 

Attente – Mathieu Croisetière« Attente » de Mathieu Croisetière

[ Mots-clefs : , , ]
# Les commentaires sont fermés.

10 Commentaires

  1. Sébastien Chartrand

    J’avais tout de suite reconnu ton style quand j’ai vu la page couverture. J’ai adoré le thème du revenant accompagné. Du travail magnifique.

  2. Héhé, j’étais bien contente de voir ma belle Marie-Amélie et ses mains palmées! :D

    De magnifiques illustrations, vraiment. Et je suis contente que tu soulignes le fait que nous avons maintenant droit à de la couleur dans Solaris (et aussi Alibis, bien sûr). Ça améliore vraiment l’expérience de lecture. :)

  3. J’aime particulièrement ta couverture. Belle ambiance, belle finesse. Ce qui m’est venu en tête, spontanément, c’est une nouvelle de Lord Dunsany, « The Ghosts », dans laquelle le narrateur aperçoit dans une maison d’antan des fantômes accompagnés de bêtes qui s’avèrent personnifier les péchés de chacun des défunts. Les péchés de Dunsany sont peu subtils, par contre, de grosses bêtes noires et sinistres:

    « How demure she was, the lady that sat near me on an old-world chair — how demure she was, and how fair, to have beside her with its jowl upon her lap a sin with such cavernous red eyes, a clear case of murder. »

    J’aurais été curieux de voir comment tu aurais illustré mon texte, mais il s’est ajouté au sommaire plutôt tardivement, trop tard pour commander une illustration, je crois. Mais bon, j’en soumettrai encore d’autres…

    • En fait, je suis contente de ne pas avoir eu à illustrer ton texte. Comme il porte sur Martin, j’aurais été obligée de dessiner 523 personnages. (J’aurais sans doute ajouté un personnage avec une tuque un pull rayé rouge et blanc quelque part dans la scène.)

      Par contre, le concept des fantômes accompagnés de leur péché est pas mal cool.

    • Tu aurais pu dessiner un vaste cimetière de personnages, ç’aurait été plus simple. :)

      (Combien de temps Charlie survivrait-il dans cet univers? Deux minutes?)

    • S’il se cache sous une pile de cadavres, assez longtemps. Ce ne sont pas les piles de cadavres qui manquent.

  4. Alice

    Il y a du Arthur Rackham dans ce fantôme promeneur de chiens… Bien belle image en tout cas. Félicitations !

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.