L.A.Con IV: Troisième journée

En retard, mais bon –voici une courte description du vendredi 25 août 2006 à L.A.Con IV.

(Pourquoi le retard? Dans l’ordre : Manque de temps à L.A.Con, tourisme à Los Angeles, voyage transcontinental et rhume importé de Californie.)

Worldcon dure habituellement du jeudi au lundi, mais L.A.Con a décidé de faire exception en avançant tout d’un jour. La troisième journée du « samedi » est donc devenue un vendredi et le rythme de la convention a continué de s’accélérer. Assortiment continu de tables rondes, célébrités grandissantes et diversions faniques sont au goût du jour.

Photo: Foule matinale
Une fraction de la foule attendant l’ouverture des activités à 10h00.


Mon premier panel de la journée a été relui des recommandations : Cinq critiques/éditeurs bien connus, tous bien fournis en services de presse, nous ont livré une liste assez complète de ce qu’ils recommandent pour les prochains six mois. Plutôt que de tenter de me casser la tête à déchiffrer ma liste de notes, laissez-moi vous diriger vers le billet de Mark R. Kelly à ce sujet. Je ne connais pas la moitié des titres mentionnés, mais je peux vous dire que l’autre moitié est effectivement très bien choisie.

Photo: Table ronde recommandations
Gary K. Wolfe, Ellen Datlow (obscurcie), Jonathan Strahan, Charles N. Brown (obscurci) et Paula Guran nous disent ce qui sera hot-hot-hot.

Mais pourquoi faire confiance à des critiques impartiaux quand on peut simplement gober la pub des éditeurs eux-mêmes? C’est pour cette raison que je me suis présenté à la présentation des nouveaux livres de la maison Pyr, un éditeur maintenant appuyé par une solide brochette d’auteurs (Mike Resnick, Ian McDonald) et d’artistes (John Picacio, Dave Seeley) J’ai, à nouveau, été particulièrement impressionné par l’habileté de Lou Anders (l’éditeur en chef de la collection) à résumer l’essence de ses livres en quelques phrases frappantes. « Un livre Baen épuré à travers un club S&M! » (La trilogie Structure, Martin Sheckley)) « Doom plus le Wall Street Journal! » (Infoquake, David Louis Edelman), « Des jésuites qui se battent dans une église, du tir à l’arc quantique et du fétichisme de super-héros » (Brasyl, Ian McDonald). J’ai profité du temps libre après la présentation pour aller serrer la main à John Picacio (pour le design de son propre Cover Art) et Ian McDonald (pour River of Gods), et plus de faire la rencontre de Joel Sheperd, auteur de Crossover.

Photo: Panel - Presentation Pyr
« Achetez nos livres! » Oh, ok.

Une autre bonne table ronde de la journée : « Gouvernement Mondial » avec les formidables intellects réunis de John Barnes, John Shirley, Karl Schroeder, Tad Daley et Brenda Cooper. Barnes et Schoeder, travaillant chacun de leur côté, ont donné un aperçu intéressant d’un trans-nationalisme rendu envisageable par les besoins grandissants des villes hybrides telles San Diego/Tijuana, ou bien Vancouver/Seattle. Bien que pas nécessairement sur la SF, ce type de discussion futuriste souvent abordé à Worldcon est inspiré par la SF et, souvent, mène à des pointes d’inspiration pour les auteurs derrière la table ou dans l’audience.

Au cours de la journée, je n’ai pas pu résister à l’envie de faire un autre passage à la concourse…

Photo: T-800 et Jessica Rabbit
Allez, un autre regard sur le T-800 et Jessica Rabbit…

Photo: Apercu de la gallerie artistique
Aperçu de la galerie artistique de L.A.Con IV, qui a curieusement décidé de ne pas bloquer la vue de l’exposition par des rideaux surélevés.

Photo: Costumes
Quelques costumes Trek en montre.

Photo: Voodoo Board
Le vénérable « Voodoo Board », qui sert toujours très bien d’instrument de contact entre fans en cette ère de téléphone cellulaire.

Photo: Automobile Mad Max
Recréation de l’automobile de Mad Max. Rassurez-vous : C’est une figurine de carton (debout) et un mannequin (écrasé).

Mais la concourse n’avait pas le monopole des choses à voir. En forçant des yeux, on pouvait voir des petits bonhommes verts flotter par-dessus nos têtes…

Photo: Extraterrestre ballon
Des formes de vie à base d’hélium et de latex.

…sans compter les célébrités grandissantes. Typiquement aux conventions sud-californienne, L.A.Con IV a pu profiter d’un panel des « Killer Bs » (Benford, Brin et Bear), auquel s’est exceptionnellement ajouté Vernor Vinge. Tous quatre ont remplis une salle à discuter des « menaces que l’on ne voit pas venir. » Ce qui est d’autant plus fascinant, c’est que ces quatre écrivains agissent occasionnellement comment consultants pour le gouvernement et des corporations américaines : ils en savent un peu plus que le badaud ordinaire sur la question, au point de se taire sur certains sujets. Brin à lui seul peut sans doute parler des heures sur n’importe quel sujet : imaginez la joie intellectuelle de voir ces quatre écrivains se démener avec un sujet aussi intéressant.

Photo: Table ronde - Bear, Brin, Benford et Vinge
Bear, Brin, Benford et Vinge, ce dernier « en probation, parce que sans barbe »

Si j’ai dit que cette table ronde était bondée, ce n’était rien comparé à un autre événement, la table ronde sur « Les femmes de Star Trek » (avec, évidemment, quatre femmes ayant joué des rôles dans Star Trek). Voici ce que j’ai vu à mon arrivée un peu tardive :

Photo: Table ronde - Femmes de Star Trek

Nul besoin de dire que je n’ai pas tenté d’aller plus loin. Les photos de Marina Sirtis devront donc attendre une autre convention… Mais si c’est la célébrité qui vous amenait à L.A.Con IV, il y avait des alternatives bien accessibles.

Photo: Walter Koenig
Walter Koenig! Checkov et Bester en un seul corps!

Un autre effet du « décalage horaire » de L.A.Con IV comparé aux autres Worldcons a été de bouger la mascarade du dimanche au vendredi. En soirée, des centaines de fans se sont donc dirigés à l’amphithéâtre du centre des conventions pour assister à l’événement. Je fus l’un d’eux, brièvement : cinq minutes après être entré dans l’amphithéâtre, je me suis rappelé pourquoi les mascarades me laissent tout à fait indifférents et j’ai préféré quitter pour aller donner un coup de main à l’équipe d’Anticipation 2009 pour leur party événement promotionnel. Les deux heures de la mascarade n’ont pas été de trop pour tout préparer, parce que les fans ont commencé à déferler dès l’ouverture des portes à 10h00. Il faut dire que ce n’est pas le choix d’alcool de divertissement qui manquait au Hilton  :

Photo: Affiches pour partys
Tant de partys, tant de possibilités…

C’est durant la soirée qu’une des grande nouvelles de la convention s’est graduellement communiquée de bouche à oreille : Dans une des victoires les plus serrés de l’histoire des Worldcon (12 votes sur un total de plus de 1,300), c’est Denver qui a triomphé sur le grand favori Chicago pour l’honneur d’accueillir Denvention 3 : Worldcon 2008. Plusieurs fans de Chicago étaient, assez raisonnablement, surpris et déçus de ce résultat.

La soirée fut longue. Le matin fut hâtif. Mais cela est une autre journée.

# Les commentaires sont fermés.
Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.