Pluton n’est plus

Pluton(Une planète, du moins.)

J’allais proposer une minute de silence en mémoire de Pluton, mais elle ne nous a pas quittés pour un monde meilleur. J’ai ensuite pensé organiser une petite collecte de départ, mais elle n’a pas exactement été mise à pied non plus. Il s’agirait plutôt d’une sorte de démotion qui requiert une mutation à un autre département. Manque de pot, vraiment! Je ne sais pas comment son salaire sera affecté, mais je lui souhaite une bonne continuation et beaucoup de chance dans ses projets futurs.

En ce qui nous concerne, nous Terriens, nous devrions assister à une dépression collective dans la communauté des astrologues. Il faudra aussi réviser les trucs mnémotechniques habituels, mais certains se sont déjà attelés à la tâche — du moins, en anglais.

# Les commentaires sont fermés.

11 Commentaires

  1. Daniel Sernine

    Je ne crains pas que Pluton s’ennuie trop, car elle a plusieurs petites soeurs (et au moins une grande) parmi le groupe des Plutinos et celui des transneptuniens massifs.
    En plus, depuis 2005, on connaît deux autres lunes à Pluton, beaucoup plus petites et pas mal plus éloignées que Charon. Il n’y a pas assez de données d’observation pour déterminer si elles tournent autour de Pluton, ou plutôt autour du centre de gravité de la paire Pluton-Charon (ce qui aurait du sens).

  2. Fascinant comment le monde réagit.
    En fait, c’est une simple histoire de (re)définition de termes. Planète, planétoide, satellite, etc.

    Oserais-je dire que le milieu scientifique n’avait plus beaucoup de choix? Il fallait bien faire une définition de ce qu’est exactement une planète, non?
    Après tout, pourquoi n’a-t-on jamais considéré Cérès (bien plus près du Soleil) comme une planète, sinon parce qu’on adoptait implicitement une définition de planète à laquelle Cérès ne répondait pas? Évidemment, il est plus facile d’exclure un nouvel objet d’un groupe bien établi que de voter la démotion d’un membre de ce groupe…

    Après avoir lu quelques opinions de scientifiques et de visiteurs sur des sites de nouvelles, c’est vraiment drôle combien de personnes semblent soudainement si attachés à Pluton.
    Avez-vous lu l’article de la BBC sur la dame (qui a maintenant 87 ans) qui, enfant, a suggéré le nom de Pluton?

    Un membre de la communauté scientifique suggère de la conserver comme planète parce que culturellement, c’est une planète pour tout le monde, et que les scientifiques n’ont pas le monopole de la signification de ce mot, qui est passé dans la culture générale. Intéressant point de vue, mais il semble relever d’une vision de court terme.

    Un (ignorant) lecteur dit que considérant la taille de la Lune par rapport à la Terre, on devrait considérer ce duo comme un système de deux planètes rapprochées… Cet argument renforce l’idée que l’on doit définir e qu’est une planète, sinon, on ne s’en sortira jamais! :)

    Puisque le débat a été ravivé par la découverte de UB313 (plus gros que Pluton), et que la taille de pluton avait pour le moment sauvé sa réputation de planète parmi les autres objets similaires dans le même quartier de notre système solaire, quelqu’un suggère de nommer UB313 « Pluton » et d’en finir avec ce débat! Avouez que c’est une belle idée: on garde neuf planètes, la dernière est encore Pluton, mais on ne parle plus du tout du même objet!

    Bon, je vous laisse, je dois m’ateler à la rédaction d’un livre sur le système solaire… il faudra bien que les écoles s’équipent de nouveaux livres, je sens qu’il y a un marché à exploiter, pas vous?
    (ah, le fun qu’ils vont avoir dans les musées scientifiques, planétariums et autres « science center » éducatifs un peu partout autour du monde!!).

    Si les plutonniens savaient qu’on parle autant de leur… planétoide, ce qu’ils rigoleraient! Remarquez, ce n’est que justice pour les UB313iens, par contre.

  3. Joel Champetier

    C’est amusant de constater le « bon sens » des réactions de plusieurs astrologues. Qu’est-ce que ça change pour eux? La démotion des scientifiques n’a pas fait disparaître Pluton. Le corps céleste est toujours là et continuera d’avoir les effets sur les autres astres qu’avant.

  4. Oui, Pluton est toujours là, mais c’est étrange de la voir perdre son titre aussi. C’est dans la nature humaine d’accorder beaucoup d’importance au nom que l’on donne aux choses; l’aspect « culturel » n’est pas négligeable. Notre système n’a plus autant de planètes qu’il en avait avant cette décision. C’est comme le passage de l’an 1999 à l’an 2000: on avait beau dire que ça ne marquait pas le début du nouveau millénaire (qui débutait plutôt en 2001), il n’en restait pas moins que des gens qui avaient vécu dans les années 1900 toute leur vie voyaient soudain ces chiffres changer.

    Mais nous oublions le véritable enjeu: que vont faire les astrologues? C’est notre destin qui est menacé, rien de moins!

    À défaut d’une minute de silence, je propose une relecture de « The Whisperer in Darkness », de H.P. Lovecraft.

  5. Alain Ducharme

    Ne vous en faites pas pour les astrologues: ils ne tenaient pas compte de Pluton de toute façon, puisque les modèles astrologiques « traditionnels » ont été élaborés avant sa découverte.

    Les astrologues ne tiennent généralement pas compte non plus de la précession des équinoxes, du passage au calendrier géorgien, de l’heure avancée estivale, etc, etc…

  6. Bärbel

    « Il faudra aussi réviser les trucs mnémotechniques habituels, mais certains se sont déjà attelés à la tâche — du moins, en anglais. »
    Et en allemand aussi :
    Quand j’étais petite j’ai appris la phrase « Mein Vater erklärt mir jeden Sonntag unsere neun Planeten » (Mon père m’explique chaque dimanche les neuf planètes). Les enfants d’aujourd’hui vont apprendre : « Mein Vater erklärt mir jeden Sonntag unseren Nachthimmel » (Mon père m’explique chaque dimanche notre ciel nocturne).

  7. Comme pour les dents de vieillard, parlons pluton de celles qui restent.

    Je suis persuadé que les membres de la communauté scientifique auront à en découdre avec le fantôme de Tombaugh.

  8. marie-dominique

    Barbel, en français le truc mnémotechnique c’était : « Mon vieux tu m’as jeté sur une nouvelle planète »
    C’est drôle que ce soit avec pluton que l’on forme le mot planète….. en allemand et en français….
    C’est drôle aussi que les Américains s’opposent à ce nouveau statut de Pluton…. alors que c’est la seule « planète » découverte par un américain…..

  9. «Mon vieux tu m’as jeté sur une nouvelle planète» peut toujours devenir «Mon vieux, tu m’as jeté sur une nébuleuse», on reste dans le même thème.

  10. Tiens? Moi, j’avais appris:
    « Ma vieille tante Marie, je suis une nièce polie »

    Drôle de phrase quand on y songe vraiment…

    Quelqu’un d’autre avait appris ça à l’école ou bien c’était seulement au Lac St-Jean?

  11. Joel Champetier

    Curieux. Moi qui toujours aimé l’astronomie étant petit, je n’ai jamais entendu parler d’un truc mnémotechnique du genre. Peut-être parce que je n’en avais pas besoin? (J’admets que j’ai longtemps eu de la difficulté à ne pas intervertir Uranus et Neptune.)

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.