Boréal 2006 – Dimanche

Et voilà, c’est tout: Un autre congrès Boréal de terminé, prochain rendez-vous en avril 2007. Que faire d’autre que de signaler ma satisfaction exténuée? Comme directeur de la programmation, je suis incapable d’évaluer le congrès selon ses propres mérites: Je pense surtout aux erreurs, aux critiques et aux choses à améliorer l’an prochain.

Je reviendrai sans doute sur le congrès demain (quand j’aurai accumulé quelques heures de sommeil) mais c’était un bon Boréal. Les finances de l’événement demeurent précaires, surtout sans subventions, mais le congrès semble avoir attiré le plus grand nombre d’inscrits depuis 1988, un record également atteint par le nombre de votants aux prix Boréal. Il y avait aussi beaucoup de nouveaux visages, signe visible d’une vague qui, étant donné quelques années et un peu plus d’expérience, va changer les choses en SFQ.

Après plusieurs doutes initiaux, les locaux offert par l’université Concordia se sont avérés fort adéquats, surtout lorsque nous avons pu profiter des salles H-763, 765 et 767: Doté d’un accueil et d’un axe central, Boréal a rapidement retrouvé l’atmosphère qui caractérise un bon congrès: le bourdonnement crée par des douzaines de conversations ayant lieu en même temps. Je ne pardonne pas encore le manque d’accès Wi-Fi, mais ce sera une autre chose à améliorer pour l’an prochain.

Autrement, je vais garder mes commentaires courts ce soir: plutôt que d’oublier quinze choses importantes, je vais dormir là-dessus et conclure de manière un peu plus cohérente demain.

# Les commentaires sont fermés.

22 Commentaires

  1. En attendant la vague de blog-o-commentaires sur Boréal qui suivra le retour à la maison de la plupart des participants, LadyDeath a son mot à dire sur le congrès.

  2. Raymond Dumoulin

    C’est vrai que c’était un bon congrès.

    Les locaux somptueux et la vue sur Montréal centreville ajoutaient à l’expérience. Les clés pour ouvrir les locaux semblaient avoir été assez difficiles à trouver par moments, mais ce problème relevait à mon avis plutôt de la « culture » de la sécurité à Concordia que des organisateurs du congrès.

    Comme d’habitude dans ces édifices à environnement artificiel, j’ai eu froid tout au long. Mais ça, c’est mon problème de perpétuel frileux. Le café était excellent, et j’suis exceptionnellement difficile côté café…

    J’ai été particulièrement amusé par la conférence intitulée : « Classes sociales… » qui n’est jamais vraiment arrivée à aborder le sujet malgré les valeureux efforts de Lady Élisabeth, mais qui s’est avérée très intéressante et animée.

    Mon coup de coeur va à la rencontre avec Éric Gauthier qui nous a rappelés que même privés de nos traitements de texte, de dactylos, de plumes ou de la possibilité de peindre sur les parois de nos cavernes, nous demeurons d’abord et avant tout des raconteurs.

    Grâce à lui, je me suis souvenu qu’à l’âge d’environs six ans, après le souper lorsque le crépuscule commençait à ramper dans les coins des arrières cours de la ruelle des rues Henri-Julien et Drolet, entre Guizot et Jarry, je racontais des histoires à faire peur aux autres flos. Je leur faisais peur avec mes histoires et j’avais quelquefois peur moi aussi de mes propres histoires que j’inventais à mesure. C’était fantastique. FUN!

    Il me ferait plaisir d’échanger avec des gens qui aiment écrire et qui ont comme but premier de progresser dans leur maîtrise de l’Art.

    Parce que une fois l’an, c’est pas assez !

  3. Caroline L. :-)

    Excellent congrès pour moi aussi. C’est vrai que ce serait bien plus d’un par année. ;-) Mais bon, facile de voir que c’est de l’organisation. Mais merci aux organisateurs pour ce fantastique (oui c’est un jeu de mots, et non il ne vole pas très haut ;-p ) week-end.

    Pour les échanges (virtuels) il y a toujours le forum de discussion des 6 Brumes. Ça ne remplace pas un congrès, mais ça aide à patienter jusqu’au prochain. ;-)
    http://www.6brumes.com/forum/

  4. Jean-Louis

    Plus d’un congrès par année?

    Jamais. Never. Jamás. Nunca. Giammai. Nimmer.
    Nooit. Aldrig. Nikdy. Asla. Jue bu hui.

    C-a-d, jamais plus! (en ce qui me concerne et dans la mesure du possible, toutes autres choses étant
    égales par ailleurs…)

    Cela étant dit, je vous invite à réserver la fin
    de semaine des 27, 28 et 29 avril 2007. (Le Salon
    du Livre de Hearst aura lieu la fin de semaine
    suivante; nous reverrons donc Jean Pettigrew.) Si
    les petits cochons ne nous mangent pas, ce sera
    celle de Boréal 24.

  5. Caroline et Jean-Louis: Ceci dit, Montréal a un autre congrès de SF&F: Con*Cept. Puisque Boréal est maintenant au printemps et que Con*Cept reste en automne, pourquoi ne pas y voir une admirable symmétrie permettant de voguer d’un congrès à l’autre à six mois d’intervalle?

  6. Caroline L. :-)

    Con*Cept revient ? Ça nous permettra donc d’attendre sagement le printemps. Merci pour l’info (mais Boréal reste mon préféré entre les deux).

  7. Raymond, je suis heureux que cette brève rencontre t’ait plu à ce point. Peut-être aurai-je une autre activité reliée au conte à proposer pour le prochain congrès.

    D’accord avec Christian quant aux locaux de Concordia. C’était pratique de les avoir si proches les uns des autres avec une aire centrale où placer la table d’inscription. J’ai beaucoup apprécié le café gratis. Par contre, la salle de vente aurait dû être mise plus en évidence.

  8. Ren Beaulieu

    Cher ric.

    Ouaip tout cela, surtout l’heure des lectures ramen plus tt et une meilleure « exposure » de la salle de vente. Les locaux, aprs un dbut labyrinthique, dans mon esprit, se sont rvls fort adquats (sauf pour les gardiens de scurit et les clefs courir: une anecdote: au tout dbut, nous cherchions une sale, nous demandmes notre chemin une aimable cerbre (en anglais, elle ne causait pas en fraais, of course) et elle se rvla l’ignorer. Revenus peu aprs, la dame s’tant trs lgrement dplac, nous constatmes que la dame tait plac en plein devant ce local! Ma compagne ne se fit pas faute de le lui faire (gentiment, rassurez-vous, remarquer, histoire qu’elle puisse aider les errants suivants… ;-) ) .

    Et comme je tapes cela on annonce la remise du Grand Prix de la SF lisabeth _Vonarbourg_ (Ou quelque chose comme cela… ) aux nouvelles culturelles de la premire chane de Radio-Canada. Spred the word like they said. Et c’est tout de mme mieux que rien l…

  9. mathieu f

    Parfois, je me demande si René écrit vraiment sur un ordinateur tellement les signes étranges rendent les messages difficiles à lire…

    ;))

    Mathieu F

  10. Ren Beaulieu

    Aimable Matthieu,

    Les mots suivants de ton message:

    Ren, crit, trange et me sont presque indchiffrables…

    Je me suis laiss dire que c’est une histoire de codage en 8 ou 9 quelque chose.

    Je reois tous mes messages passant par Fractale Framboise comme cela, mais uniquement ceux-l…

    Le reste passse toujours bien et est lisible par moi et mes correspondants.

    Comme je l’ai dj crit ici auparavant…

    Go figure!

    Ren.

  11. Raymond Dumoulin

    Oui, il utilise un ordinateur Timex Sinclair TS 2048 et il s’est servi d’un programme de traitement de texte qu’il a développé lui-même en Basic.

    Joke!!!

    J’ai des problèmes semblables depuis que je suis en Mozilla Firefox sur PC, mais c’est pour moi nécessaire de résister à Microsoft car je n’aime pas les hégémonies. Le « Tabbed Browsing (navigation à onglets) » de Firefox en vaut le coup.

    T’sé ?

    René (salut, René), cependant, doit être en Mac à mon avis. Je me souviens avoir conçu des pages web en Mac dont les caractères sortaient bizarro comme ça… j’étais obligé d’aller jouer dans le code source pour que ceux ci sortent correctement è l’issue de mes tests sur les différents fureteurs.

    Si quelqu’un peut s’informer au sujet de la marque de l’excellent café dans l’urne du congrès, faites-le moi savoir!

    À mon avis, on a eu droit à la réserve spéciale du doyen de Concordia par erreur.

    Maudit qu’y était BON!

  12. Ren Beaulieu

    Cher Raymond,

    Je suis effectivement sur Mac, et il n’est pas de toutes premiere jeunesse. Cela explique peut-etre tout.

    Et je vais m’efforcer de recommencer a ne plus mettre d’accents… Je n’y pensais plus

    Salutations.
    Rene

  13. Raymond Dumoulin

    Il y a définitivement un gros problème d’accents à résoudre. Crisse, y faudrait peut-être pétitionner l’ONU pour en arriver à une solution.
    Il y a ici un grand besoin de standardisation. Ou peut-être que la standardisation est à l’origine du problème…?

  14. Thibaud

    Visite tardive sur le Site de FF (SFF) pour remercier… tous ceux qui sont venus, et qui nous donnent envie de continuer à nous décarcasser (surtout JLT et Christian, des carcasses les plus décarcassées).
    Et, René, les Macniaques résistent encore!

  15. Benoit

    René: je crois qu’on touche enfin quelque chose! Non, non, pas le Sinclair ni le Basic (je te connais assez pour déclarer que tu ne jures que par FORTRAN. Hé! Hé!) Dis-moi, aurais-tu hérité toi aussi d’un Mac usagé de notre ami Jean, par hasard ? Et si oui, est-ce que le système est plus vieux que 6.0? ;-)

    À noter que je n’ai aucun problème du genre sur mes Mac sous OS X.3, mais j’en ai au bureau sur Windows 2000… avec d’autres Windows seulement! Mais je digresse…

    Dis Éric, comme le conte et l’impro ont beaucoup de points en commun, et avec le talent présent à Boréal, ça ne serait pas possible de considérer un match d’impro le samedi soir?

  16. Salut Benoit, content de constater ton retour. :)

    Un match d’impro à Boréal? Ça pourrait être amusant à tenter, avec des thèmes SFF, bien sûr. Le talent est-il vraiment présent? Certains conteurs sont d’excellents improvisateurs, mais ce n’est pas mon cas: j’aime pouvoir me rabattre sur un texte assez bien préparé, et je n’ai guère de talent de comédien. Je fais un bon spectateur, quoi. Combien de boréaliens ont les qualités requises? On peut toujours suggérer l’idée et voir qui se portera volontaire.

  17. Benoit

    Content moi aussi d’être de retour!

    Pour l’impro, je suis tout disposé à agir comme arbitre: j’ai une banque de thèmes très intéressante, et au moins une amie improvisatrice habituée des Boréal. Les règles pourraient demeurer très simples, et il suffirait d’une petite demi-heure aux joueurs pour se familiariser avec les concepts requis. Il suffit d’avoir 8 joueurs.

    Oui, le conte ressemble énormément à l’improvisation, à la différence que le conteur se base sur une ligne préétablie. On s’en reparlera.

  18. Je me porte volontaire pour improviser!

  19. Ren Beaulieu

    Reponses en vrac:

    A Benoit: J’ai un Mac OS C2-8.0, avec un choix de caractere Clavier Canada CSA et Netscape 3.01.

    It’s all I can say…

    Pour la suggestion de Benoit pour une soiree d’improvisation au Boreal, je voterais (Enthousiasmement! ) POUR la! (Et il n’y a pas eu quelque chose de genge a un moment, me semble bien, loin dans le temps… ) .

    Mais iul faudra trouver du mone, des participants…

    Je continue de croire qu’Eric « fitterait bien » , quoiqu’il en dise et pense… ;-) D’ailleurs, il y a deja des volontaires…

    Je pense bien que Lily, ma compagne, amatrice d’improvisation, qui en a fait un peu, et trois ans de thtre en amateure, « embarquerait » bien et avec enthousiaisme, mais faudrait lui demander directement…

    Bref, je suis pour, et enthousiaste!

    Amities.
    Rene

  20. Caroline L. :-)

    Je joins ma voix aux autres : ça pourrait être franchement rigolo !

  21. Benoit

    Ma copine d’impro est volontaire aussi: on a déjà une équipe! C’est merveilleux! (Ça, c’est un clin d’oeil à tous les participants des lundi de la SF de Québec, au début des années 80). Et depuis 3 ans qu’on en fait, il y a une bonne quantité de thémes F&SF, dont un « à la manière de Star Trek » absolument mémorable. J’y avais joué Spock, mais sans réussir son célèbre « lever du sourcil ».

    René: il y avait en 1984 (je crois, mais c’était le Boréal au CÉGEP Limoilou) une partie de Pour quelques parsecs de neige, animée par (le maintenant G.A.) Luc Pomerleau. Est-ce à cet événement que tu pensais?

  22. mathieu f

    Je pourrais me porter volontaire…

    si ça avait lieu…

    MM

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.