SLO 2006: Entrevue avec Guy Sirois

(Troisième dans une série d’entrevues réalisées au Salon du Livre de l’Outaouais 2006.)

Routier de longue date en SFQ, Guy Sirois est connu comme auteur (sous son nom, ou avec Jean Dion en tant que « Michel Martin »), critique, essayiste, anthologiste (Transes Lucides) et commentateur éclairé sur la SF d’ici et d’ailleurs, des pulps à aujourd’hui. Ses deux derniers romans sont Un Voyage de Sagesse et Horizons blancs, tous deux chez Médiaspaul.

Photo: Guy Sirois, SLO 2006

Pourquoi les lecteurs devraient-ils se procurer vos livres plutôt que ceux d’un autre auteur?

Parce que… je suis seul à les avoir écrit? Les prochains que je pourrais publier seront aussi mes œuvres à moi. Personne n’est semblable, personne n’est pareil! Je suis unique, -malgré ma modestie- j’en suis bien conscient. Unique dans l’univers, dans l’histoire de l’univers! On ne me répètera jamais! Ceci dit, est-ce que les livres eux-mêmes sont bons? Je crois qu’on peu les trouver bon, qu’on peut les trouver moins bon, selon ce que l’on préfère, ce que l’on aime.

Est-ce que vos livres ont des qualités sociales ou médicinales?

Je crois qu’ils ont une valeur morale. C’est d’ailleurs le projet: J’ai toujours eu une intention morale en écrivant mes livres. Pas autant pour instruire la jeune génération qu’à l’amener à penser aux divers problèmes qui sont introduits dans mes bouquins.

Quelle place vos livres occupent-il dans vos plans de domination mondiale?

Disons que -étant modeste- je ne crois pas pouvoir conquérir la planète avec mes livres. Par contre, si on compare avec mes activités professionnelles, j’ai l’impression que mes livres auront une plus grande influence… toute petite qu’elle soit!

Quel traumatisme tentez-vous d’infliger à toute la population canadienne avec ce livre?

De les faire attendre… la fin ou la suite.

Puisque ceci est une entrevue avec Fractale-Framboise, nous devons demander: Pourquoi n’y a-t-il pas plus de framboises dans votre fiction?

En général, parce que dans les milieux que je décris, il n’y a plus de framboise. C’est le problème. Il y en a eu, mais… C’est un leçon cautionnaire, évidemment: Voulez-vous des framboises? Ou voulez vous que les framboises disparaissent? Choisissez.

Si un groupe quelconque doit condamner vos livres et vous désigner comme hérétique, lequel préfériez-vous?

Le parti Libéral?

# Les commentaires sont fermés.

2 Commentaires

  1. Benoit

    Le parti libéral? Pour un gars qui a habité sur les deux rives du Canada (comme j’aime cette image!), je trouve Guy bien timide dans ses projets hérésiarques. Mais il est vrai que la mégalomanie ne l’a pas vraiment atteint en profondeur. Dommage.

  2. j’essaie de rejoindre guy sirois depuis plusieurs semaines et c’est important, quelqu’un peut-il lui communiquer que je le recherche????

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.