SLO 2006: Entrevue avec Claude Bolduc

Lors de notre première visite au Salon du Livre de l’Outaouais, nous avons profité de l’occasion pour réaliser une courte entrevue avec un Claude Bolduc au regard méfiant.

Photo: Claude Bolduc au SLO 2006
« Une entrevue avec moi??! »

Bolduc, bien sûr, est l’éminence pas-si-grise de la littérature fantastique en Outaouais. En plus d’une longue série de nouvelles, on lui doit quatre anthologies et neuf romans jeunesse. Les plus futés auront remarqué qu’un certain « Claude » commente parfois sur Fractale Framboise: est-ce une simple coïncidence abominable? Allez donc jeter un coup d’œil à son site officiel pour en savoir plus!

Alors donc, la retranscription:

Pourquoi les lecteurs devraient-ils se procurer ton livre plutôt que celui d’un autre auteur?

Parce qu’en achetant, par exemple, ce livre-ci [Les Yeux Troubles], ils ont accès aux fantasmes les plus inavouables de Claude Bolduc. Chose qu’ils ne peuvent retrouver nulle part ailleurs.

Est-ce que ton livre a des qualités sociales ou médicinales?

Oui, et ça rejoint quelque chose que j’ai déjà dit: Quand on se sent mal, quand on a l’impression d’avoir l’univers tout entier contre soi, quand on est aussi misérable qu’un petit chien battu, ça fait du bien de lire une histoire ou ça va encore plus mal pour quelqu’un d’autre.

Quelle place ce livre-ci occupe-il dans tes plans de domination mondiale?

Il est aux premières loges, évidemment: Il s’agit de mon bouclier et de ma figure de proue. Et deuxièmement, comme piédestal, ça me donne une grandeur raisonnable.

Quel traumatisme tente-tu d’infliger à toute la population canadienne avec ce livre?

J’aimerais beaucoup faire blanchir les cheveux de tout le monde. Question de me sentir moins seul. [Dit-il en montrant ses tempes pas-si-grisonnantes]

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de framboises dans tes livres?

Parce que ma mère, quand j’étais petit, m’a tellement achalée, avec mange des fruits, mange des légumes –et elle continue— que j’ai développé une sorte de résistance au plus profond de moi-même. J’en mange quand même, en cachette, mais je n’en fait pas la promotion parce que j’ai peur que les gens me perçoivent comme moi je percevait ma mère quand elle me forçait à en manger.

Si un groupe quelconque doit condamner ton livre et te désigner comme hérétique, lequel préfèrerait-tu?

Les monégasques. Parce qu’ils sont très peu nombreux.

# Les commentaires sont fermés.

15 Commentaires

  1. R-I-D-I-C-U-L-E!

    Félicitation Christian, c’est très réussie comme entrevue et ça reflète bien le personnage. À demain.

  2. Joel Champetier

    Il est de mon devoir de protester: on peut parfaitement avoir accès aux fantasmes de Claude Bolduc ailleurs que dans ses recueils. Il suffit de s’abonner sans tarder à _Solaris_ — ne prenez pas de chance, abonnez-vous pour deux ans — car le numéro qui sortira des presses dans une semaine ou deux sera un spécial Claude Bolduc, plein de fantasmes inavouables, et qui contribuera certainement à nous faire barrer des écoles. Ajoutons à cela une couverture plus horrifique que n’importe quel _Horrifique_ (mais pour éviter toute confusion, nous n’avons pas imprimé sur papier rouge).

  3. Daniel Jetté

    Le seul fait d’évoquer les fantasmes de Claude Bolduc fait naître en moi une terreur qui annihile toutes mes facultés conceptuelles.

    C’est totalement irresponsable de faire un numéro spécial sur cet être. Les gens ne sont-ils pas déjà assez traumatisés comme ça avec les caricatures de Mahomet, le Mont Orford, l’augmentation des frais de garderies et le Doc Mailloux?

  4. N’oublie pas Loft Story, la période des impôts et Tom Cruise.
    .
    .
    .
    Finalement, les fantasmes de Claude, c’est pas si pire.

  5. Benoit

    Laurine et Daniel, je crois que vous vous méprenez sur la valeur des fantasmes de Claude Bolduc. En effet, tous les exemples que vous apportez relèvent essentiellement de la communication de masse (ou de son absence, mais ne sont-ce point là deux revers d’une même médaille?), alors qu’il est clair que les fantasmes ci-haut cités sont loin de relever d’une communication à grande échelle, même si c’est ce que tous espèrent.

    Personnellement, aucun des éléments cités ne me procurent la moindre crainte: les caricatures ne Mahomet ne font que confirmer que les extrémistes de droite n’ont aucun sens de l’humour, ce qui se passe bruyamment du côté du Mont Orford n’est qu’une pâle répétition de ce qui s’est déjà passé silencieusement au Mont Sainte-Anne (moins la basilique en arrière-plan), je boycotte activement les garderies depuis un an, quelqu’un sait-il si un quelconque volatile niche dans la broussaille ténébreuse du doc Mailloux, que deviendrait Loft Story sans la présence enivrante de Marc Boilard, mes remboursements d’impôt sont considérables depuis 2 ans, et j’adore voir Tom Cruise se sauver devant les tripodes de tous acabits.

    Les fantasmes de Claude Bolduc? Joël, je crains fort qu’un seul numéro ne puisse assouvir ma hâte!

  6. Daniel Jetté

    Quel bel optimisme… j’admire.

    Mais tout de même, la question des garderies m’inquiète car j’ai l’intention de retomber en enfance sous peu.

  7. Benoit

    Tu m’étonnes, Daniel, car j’avais l’impression que tu y trempais toujours, comme beaucoupe d’entre nous…

  8. Daniel Jetté

    Hé oui (soupir)…

  9. Alain Ducharme

    Je suis d’avis que Claude Bolduc ferait un excellent concurrent à Loft Story. Ça rendrait l’émission écoutable, en tout cas.

  10. Benoit

    De doux et enivrants miasmes de soufre se lovent paresseusement dans mon appareil olfactif à cette dernière suggestion. Oui! Manifestons pour remplacer la personnalité souffreteuse actuelle de la série par l’imposition de véritables fantasmes d’outre-monde de Claude. En prime, pourquoi pas Natasha Beaulieu à la coanimation?

    Ce serait peut-être suffisant pour que le doc Mailloux tombe dans une période maniaque de rasage…

  11. Serena

    Oui, manifestons!

    D’ailleurs c’était bien parti en cette direction, hier soir, à Paris, rue Soufflot, où les partisans de l’imposition de véritables fantasmes d’outre-monde de Claude (avec Natasha Beaulieu à la coanimation) ont été copieusement gazés par les sbires à Sarko…

  12. Et ces partisans qui bouffent de la droite au petit-déjeuner, ils s’appellent comment?

    Les Sarkophages!

    (Ben quoi, je reste dans le thème «fantasmes d’outre-monde». À moins que ce ne soit «d’outre-tombe»?)

  13. Serena

    Ou d’outre-bombe?

    Serena, sarkophage intégriste

  14. Benoit

    Laurine, pour poursuivre dans le même sens, est-ce qu’on peut identifier une personne infectée par le qualificatif «sarkôme»?

    Je poursuivrais bien avec une référence au cinéma (Sarko et Vanzetti), mais je manque d’inspiration pour la suite…

  15. Serena

    En manque d’inspiration, Benito?

    Va donc puiser dans les «Mémoires d’outre-bombe» de l’immortel Chabeautriand, tu y trouveras ton bonheur.

Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.