Solaris 190

Solaris 190Le voilà! Tout chaud, tout beau et… coloré! Solaris est maintenant imprimé sur du beau papier blanc avec des images en couleur. Au programme, des nouvelles du co-framboisien Éric Gauthier, d’Eleanor Belinki, de Philippe Roy et d’Alain Bergeron; un article sur le Facteur Psi de Sébastien Chartrand (l’article, pas les pouvoirs psy); Les Carnets du Futurible, de Mario Tessier; une entrevue avec Bernard Werber.

La couverture est de Grégory Fromenteau et les illos intérieures sont de Valérie Bédard, Suzanne Morel et… moi — je n’ai pas mis l’étiquette Plogues pour rien. (Il y a la chronique Sci-néma de Christian Sauvé aussi, si bien que tous les framboisiens sont présents.)

Lire la suite »

[ Mots-clefs : , ]

Prix Boréal/Aurora 2014 – Nominations

Prix Aurora-Boréal

Les nominations aux Prix Aurora/Boréal 2014 sont maintenant connues. Rendez-vous au Congrès Boréal, qui aura lieu à l’Hotel Delta de Québec du 2 au 4 mai prochain, pour savoir qui seront les gagnant(e)s!

Lire la suite »

Troll : A Love Story — Johanna Sinisalo

Troll A Love StoryIl y a des créatures de légende qui sont toujours dépeintes de la même façon, et il y a… les trolls. Johanna Sinisalo, dont j’ai déjà parlé du roman Oiseau de malheur, nous présente un univers légèrement décalé du nôtre, où l’existence des trolls est reconnue par la communauté scientifique, bien qu’ils soient si rares qu’ils restent entourés de mystère. Et pourtant, à travers les différents extraits de l’ouvrage, on sent que cette espèce normalement recluse se rapproche progressivement des communautés humaines.

Le personnage principal, Mikael (surnommé Angel à cause de son talent d’artiste et de ses boucles blondes) est homosexuel, à l’instar de la majorité des protagonistes masculins du roman. Au moment où l’histoire débute, Mikael vient de se faire larguer et retourne chez lui complètement saoul. Il découvre un jeune troll blessé et, sur un coup de tête (ou plutôt un coup de foudre), il sauve l’animal pour le garder auprès de lui. Nourrir le petit troll et lui faire recouvrer la santé sans révéler sa présence s’avère un véritable casse-tête, mais l’obsession de Mikael pour le magnifique animal ne fait que croître.

Dans cet univers, les trolls ont une apparence humanoïde et sont difficiles à classer à cause de leur aspect qui rappelle un croisement entre un félin et un singe. Quelques détails nous sont fournis, notamment sur leur régime alimentaire et sur leur structure hiérarchique, mais généralement parlant, Mikael doit tout apprendre par essais et erreurs — certaines s’avérant d’ailleurs catastrophiques à mesure que le troll grandit. Le déroulement du récit est raconté du point de vue de différents personnages et est entrecoupé d’extraits d’ouvrages fictifs (ou non) et de légendes qui apportent un peu de contexte.

Lire la suite »

Production 2014 [1]

Cette semaine, je n’ai pas reçu deux, ni trois, mais QUATRE titres de Vents d’Ouest dont j’ai fait la couverture. L’hiver a été occupé…

Production 2014 v1
Lire la suite »

[ Mots-clefs : , ]

Prix Boréal/Aurora 2014: Il est temps d’envoyer vos nominations!

Prix Aurora-Boréal

Les Prix Boréal/Aurora 2014 visent à reconnaître ce qui s’est fait de mieux en imaginaire d’ici, et ils seront remis au Congrès Boréal, qui aura lieu à Québec du 2 au 4 mai prochain. Vous pouvez dès maintenant envoyer vos nominations pour les prix: Jetez un coup d’oeil à la liste d’éligibilité pour vous rafraîchir la mémoire, puis complétez le bulletin de nomination. Vous avez jusqu’au vendredi 4 avril pour envoyer vos nominations, alors ne tardez pas!

Pourquoi est-ce que vous devriez participer? Parce que les nominations sont généralement plus représentatives le plus il y a de participants, et que les règlements spécifient un seuil minimal de nominations sans lesquels les Prix ne sont pas remis. Vous n’avez lu que quelques nouvelles ou romans? Inscrivez ceux ou celles qui vous paraissent digne de plus d’attention. Vous n’avez pas à remplir chaque catégorie, vous n’avez même pas à remplir les trois items dans aucune catégorie: inscrivez ce qui vous parait méritoire, et vous aurez fait votre part.

Note importante inspirée de l’expérience de l’année dernière: Tout « vote » dans les commentaires de ce billet sera inévitablement suivi par « Suivez les liens pour faire vos nominations… »

Prix Boréal/Aurora 2014 – Listes d’Éligibilité

Prix Aurora-Boréal

Bonne nouvelle!

Le congrès Boréal arrive à grand pas, et avec lui l’occasion de décerner les Prix Boréal/Aurora pour récompenser ce qui s’est fait de mieux en littérature de l’imaginaire d’ici en 2013.  C’est avec honneur que j’ai accepté à nouveau cette année d’en coordonner le déroulement.  Ne sous-estimons pas l’importance du prix Boréal/Aurora: Un regard aux listes des gagnants précédents vous révélera une excellent liste de lecture pour vous familiariser avec la SF&F d’ici.

Vous serez en mesure d’envoyer vos nominations d’ici quelques jours.  En attendant, une des traditions du Prix Aurora-Boréal est de fournir des listes d’éligibilité aussi complètes que possible pour guider les nominations.  Comme de par les années dernières, vous trouverez ces listes au wiki canadiansf.com.

Mais nous avons besoin d’aide.  Vous remarquerez que ces listes sont incomplètes: Si l’essentiel des romans et nouvelles y sont, grâce aux informations fournies par Claude Janelle et les Passeport pour l’imaginaire, il manque toujours des œuvres éligibles dans les autres catégories: Bande dessinées, poèmes, fanédition et blogues, autres ouvrages, contributions artistiques…

Je vous encourage dont à scruter ces listes et nous faire part de toute erreur ou oubli.  Vous pouvez, si vous le désirez, faire les changements à même le wiki, ou bien laisser un commentaire à ce billet pour que je puisse effectuer le changement pour vous.

Troll Hunter

Troll HunterParfois, les productions d’apparence anodines s’avèrent des petits bijoux du genre. Par son titre et son affiche quasi psychotronique, Troll Hunter d’André Øvredal (2010) promettait le pire, mais les commentaires des mordus d’histoires de monstres étaient uniformément élogieux. Ma curiosité ayant déjà été piquée par l’huldre de Thale, je me suis dit : pourquoi pas des trolls?

Le film s’inspire du modèle de Blair Witch Project en nous présentant le point de vue des protagonistes à travers les images qu’ils ont eux-mêmes capturées avant de disparaître dans la nature. Un groupe d’étudiants de l’université Volda tente d’approcher un homme solitaire nommé Hans qu’ils croient être le braconnier qui tue des ours dans la région. Ils suivent le bonhomme de nuit dans un endroit reculé en forêt et apprennent à la dure qu’il est plutôt une sorte de garde-chasse à la solde du gouvernement norvégien. Sa tâche est de surveiller la population de trolls et de s’assurer que leur existence demeure secrète. Écœuré par ses conditions de travail, l’homme permet aux jeunes de le filmer. Dans l’immédiat, il cherche à comprendre pourquoi les trolls sortent de plus en plus fréquemment de leur territoire pour s’attaquer au bétail, voire aux touristes.

Lire la suite »

All Clear — Connie Willis

All Clear — Connie WillisOuf! Je viens de terminer All Clear, qui conclut l’ambitieux récit commencé avec Blackout. Si vous souhaitez vous attaquer à cette œuvre, je vous recommande fortement de ne pas trop attendre entre les deux livres, car les détails foisonnent et il est facile de les oublier alors que certains sont importants pour bien saisir les retournements de situation. Il m’a fallu lire deux ou trois chapitres du deuxième tome pour bien me remettre dedans. Heureusement que je n’ai pas lâché. L’auteure mérite certainement tous les prix qu’elle a raflés, déjà pour avoir raconté une histoire complexe de voyage dans le temps truffée de boucles et de paradoxes, et assortie d’un punch final plutôt mignon.

Je rappelle le propos : des historiens spatio-temporels sont coincés au milieu du Blitz londonien lorsque leur portail respectif refuse de s’ouvrir. Polly, Eileen et Mike tentent par tous les moyens de communiquer avec Oxford et l’équipe de secours qu’ils espèrent toujours voir arriver. En même temps, ils vivent le quotidien des Londoniens bombardés de nuit par les Allemands, dont les fusées deviennent de plus en plus meurtrières. Polly est vraiment dans les ennuis jusqu’au cou, car avant de se rendre au Blitz en 1941, elle a fait un séjour à Londres sous les traits d’une ambulancière pour voir la journée de la victoire (V-E Day) en 1945. Comme elle ne peut pas exister deux fois au même endroit, l’expression « deadline » est à prendre au pied de la lettre.

La crainte majeure des historiens du futur, en plus de celle de recevoir un V1 sur le crâne ou de ne jamais revoir leur foyer, est d’altérer accidentellement le cours du temps et l’issue de la guerre. Mais vu les circonstances extraordinaires dans lesquelles ils se trouvent, il leur est impossible de ne pas avoir une influence sur les gens qui les entourent. À plus d’une reprise, ils sauvent la vie de quidams ou modifient le cours de leur destinée. Mike se retrouve même à Betchley Park dans l’espoir de communiquer avec un autre historien qui pourrait les sortir de là, mais il tombe plutôt sur tous les individus qu’il tente d’éviter, allant jusqu’à se faire renverser par un cycliste maladroit qui s’avère être Alan Turing.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : , ]

Les sirènes d’Animal Planet

Mermaids The Body Found

L’histoire est un peu ancienne, mais ce n’est que récemment que j’ai regardé les deux fauxcumentaires controversés sur les sirènes d’Animal Planet, une chaîne de Discovery : Mermaids: The Body Found et Mermaids: The New Evidence. Diffusés respectivement en 2012 et 2013, ces « documentaires » ont semé la controverse lorsque nombre d’auditeurs ont pris ces parodies pour une révélation officielle de l’existence des sirènes.

Il faut reconnaître qu’au-delà des scènes en CGI facilement discernables, ces parodies sont fichument bien faites. Au départ, dans The Body Found*, une équipe de scientifiques de la NOAA enquête sur la multiplication des échouages de cétacés à travers le monde, imputée aux essais d’un nouveau sonar militaire. Plus tard, elle met la main sur les restes d’une créature non identifiée découverte dans l’estomac d’un requin en Afrique du Sud. À la suite d’analyses poussées, les chercheurs doivent se rendre à l’évidence : il s’agit des restes d’une sirène. À ce moment, des représentants officiels leur tombent dessus et confisquent leur matériel. En représailles, deux des scientifiques acceptent de diffuser publiquement leurs trouvailles — y compris le lien entre l’existence des sirènes et du mystérieux bloop enregistré en 1997 — dans l’espoir de faire bouger le gouvernement et, espèrent-ils, faire cesser les tests du fameux sonar militaire.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Thale

Encore un billet sur la Scandinavie! En janvier, la température s’y prête.

Au cours de mes séances d’exploration de YouTube, j’ai visionné quantité de bandes-annonces et d’aguiches. Celle de Thale, un film à budget limité (2011) d’Aleksander Nordaas, m’a fait découvrir une histoire charmante. Si l’expression « conte de fées moderne » est devenue un cliché avec le temps, elle s’applique néanmoins à cette production norvégienne de façon littérale, puisque l’héroïne est une huldre.
 

 
Leo et Elvis, deux frères, ont une petite entreprise de nettoyage de scènes de crimes. Les hommes sont appelés à s’occuper d’un bâtiment dans les bois où ils trouvent d’abord les restes du propriétaire. Ils découvrent ensuite un laboratoire secret et poussiéreux, un journal de bord enregistré et… une jeune femme nue immergée dans du liquide laiteux. Comble de l’étrange, une queue coupée est conservée dans un congélateur. Leo et Elvis comprennent vite que cette fille, prénommée Thale, est une huldre. Et malheureusement pour eux, des gens dangereux la recherchent.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : , ]

Oiseau de malheur — Johanna Sinisalo

Oiseau de malheur – Johanna SinisaloJohanna Sinisalo s’est fait remarquer avec Jamais avant le coucher du soleil (Troll: A Love Story aux États-Unis) pour lequel elle a remporté les prix Finlandia et Tiptree. Avec Oiseau de malheur, l’auteure met de côté le surnaturel et propose plutôt roman d’aventures avec un fort accent mis sur la psychologie de personnages.

Un couple de Finlandais entame un voyage de plusieurs mois avec au programme de la randonnée dans les endroits les plus reculés de la Nouvelle-Zélande, l’Australie et la Tasmanie. Pour Heidi, le départ se fait sur un coup de tête, histoire de laisser derrière elle les perspectives drabes de son quotidien. Jyrki, lui, a son service militaire en guise d’expérience et il voit ce périple comme nouvelle forme de parcours du combattant censé repousser ses limites.

Leur voyage est harassant. Les paysages spectaculaires alternent entre des étapes boueuses, pluvieuses, froides et souvent dangereuses. Des objets qu’ils transportent disparaissent mystérieusement, puis réapparaissent un peu plus tard, semant la perplexité et le doute au sein du couple. L’humeur est rarement au beau fixe, car devant l’ordalie qui les attend quotidiennement, les restrictions alimentaires sévères, les dangers et les imprévus, la tension monte. Ironie du sort, le seul livre que Heidi apporte pour se changer les idées est un exemplaire écorné de Heart of Darkness de Joseph Conrad, qu’elle a lu plusieurs fois.

Lire la suite »

Docteur Sleep – Stephen King

Docteur SleepD’après les notes de King, l’idée de remettre en scène Danny Torrance, le jeune héros du roman The Shining (1977), lui a longtemps trotté en tête. Il a donc écrit Docteur Sleep pour nous raconter ce qu’il est advenu du garçon qui voyait des fantômes.

Il s’avère que le cours de sa vie a été cahoteux. Hanté par des visions, Dan a fait comme son père en sombrant dans l’alcoolisme, le seul remède aux images cauchemardesques qui le taraudent. Après avoir atteint le fond en piquant les économies d’une jeune mère, il se retrouve à Frazier, une petite ville où des amis compatissants l’orientent vers les Alcooliques anonymes. Sa vie prend un tournant pour le mieux. Il décroche un boulot à l’hospice du coin où, entre autres tâches, il aide les mourants à franchir le dernier pas, ce qui lui vaut le surnom de Docteur Sleep. Mais Dan n’est pas le seul à posséder le shining. Une petite fille nommée Abra communique avec lui en écrivant sur son tableau par télékinésie. Après des années de ces curieux échanges, Dan et Abra finissent par se rencontrer lorsque la vie de celle-ci est menacée par des créatures d’apparence humaine qui se nourrissent de l’énergie (qu’ils appellent « vapeur ») d’enfants spéciaux comme elle. Et, signe que le destin n’est pas toujours tendre, ces vampires psychiques ont une base d’opération à l’emplacement de l’Overlook Hotel.
Lire la suite »

[ Mots-clefs : , , ]

Cthulhu chante Noël

H’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn…

Par un heureux concours de circonstances, l’essentiel de la course annuelle aux cadeaux s’est réalisé par voie électronique cette année. Je n’ai pas eu à me farcir les bêlements festifs jusqu’à m’en faire saigner les tympans. Du coup, n’étant pas complètement écoeurée par les chansons de Noël depuis le 2 décembre, j’écoute leur version lovecraftienne sur YouTube. Les classiques de la saison ont été revus, avec beaucoup d’humour, par la H. P. Lovecraft Historical Society.

Mes chansons préférées?

  • It’s Beginning to Look a Lot Like Fish-Men (ci-dessous)
  • Tentacles
  • Little Rare Books Room
  • The Deep One Song
  • Harley Got Devoured by the Undead
  • Comme «Blue Christmas» d’Elvis Presley est très populaire ces jours-ci, pensez aussi écouter Blue Solstice.

    Vous trouverez facilement les paroles de chacune en googlant les titres des chansons. Certaines d’entre elles sont précédées d’une pub, malheureusement. Si les astres sont en notre faveur, les Grands Anciens dévoreront leurs créateurs en premier.
     

    [ Mots-clefs : , ]

    Voeux givrés

    Noel 2013L’envie soudaine d’hiberner vous prend? Normal, le solstice d’hiver vient juste de passer. Les congères, les tempêtes et le givre n’ont pas fini de nous en faire voir. Pensez, chers lecteurs de ce blogue, à nourrir les écureuils et les chats errants, mais aussi vos éditeurs préférés! Lisez, lisez, il y en aura toujours plus pour vous tenter. Plus de place dans votre bibliothèque encombrée? Donnez le trop-plein aux amis, à la famille… et même aux inconnus! Vous nourrirez ainsi d’autres esprits curieux et friands d’aventures.

    Fractale framboise vous souhaite des fêtes heureuses et douillettes, suivies d’une année de découvertes littéraires et de créativité dans votre domaine de prédilection : écriture, illustration, cupcakes ou numéro musical dans l’espace, foncez!

    Le cinéma SF au XXIe siècle

    Bienheureux soient les retraités du secteur public et parapublic québécois : non seulement sont-ils à la retraite (tout de même!), mais ils peuvent profiter de la température hivernale pour rester blottis chez eux et lire la plus récente édition de Reflets, un journal trimestriel de l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (imprimé à 30 000 exemplaires!) qui contient — entre autres — un dossier portant sur la science-fiction.

    Bien mené par le rédacteur en chef Yves Hébert (qui mentionne aussi Solaris et Brins d’éternité un peu plus loin dans la revue), ce volet SF comprend :

    • « La science-fiction, une autre façon de se questionner », un mot bien senti d’Élisabeth Vonarburg sur la raison d’être de la science-fiction
    • « Isaac Asimov : imaginaire et raison, même combat », survol de Jean-François Chassay au sujet de la carrière de l’écrivain américain bien connu
    • « De la force centripète à l’attraction centrifuge : la science-fiction québécoise », article bien documenté de Claude Janelle sur la place de la SFQ depuis une dizaine d’années
    • Une courte, mais éclairante « Entrevue avec un adepte de science-fiction, Joël Champetier » par Yves Hébert
    • …. et « Miroir déformant? La science-fiction au cinéma », un billet de ma plume sur les thèmes abordés par les films SF depuis quelques années

    Ceci dit, l’article que vous aurez le plaisir de lire dans Reflets n’était pas le premier texte que j’ai écrit pour ce dossier SF. Ma première version était plus généraliste et moins intéressante; à la demande fort justifiée du rédacteur en chef, j’ai recommencé à neuf et creusé un peu plus dans les thèmes inexplorés par cette première mouture. Mais alors que je fais le ménage dans mes archives, et que je me plains de ne pas avoir suffisamment écrit pour Fractale framboise cette année, voici cette première version… de quoi vous donner envie d’aller chercher un exemplaire deReflets.

    (Pour ceux qui se posent la question : non, le journal ne semble pas être disponible en ligne, et il faut probablement être membre de l’AQRP pour être abonné. Demandez-le à vos parents. Cependant, je vois que les plus récents dossiers du journal ont été mis en ligne, alors il est possible que ce dossier daté décembre 2013 y soit aussi placé d’ici peu. Je ferai une mise à jour de ce billet si c’est le cas. Bonne nouvelle! Le dossier science-fiction est présentement disponible comme téléchargement PDF de 3.4 Mo.)

     

    Lire la suite »

    Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.