• Le moment est venu…
    Participez au défi des 31 mots avant qu’il ne soit trop tard!

Sombres surprises

Qui sait ce qui vous attend au tournant, ou derrière la porte, ou sous le lit? Ici, au moins, une chose est sûre: chaque année, à la mi-octobre, nous hissons les citrouilles et vous offrons un espace où aérer vos angoisses. Nous vous invitons à partager, dans les commentaires de ce billet, de courtes fictions effrayantes d’exactement 31 mots chacune: pas un mot de plus, pas un mot de moins.

Faites-nous frissonner l’espace d’un instant (ou faites-nous rire tout en restant dans l’esprit de la saison… ou visez le rire et le frisson simultanés). Mettez vos amis au défi! Vous avez jusqu’au Jour des Morts pour partager vos meilleures horreurs. Si l’inspiration tarde à venir, jetez un coup d’oeil aux surprises apportées par nos lecteurs et nous-mêmes lors des années précédentes.

(Si vous ne voyez pas encore les couleurs automnales, rafraîchissez la page. S’il manque des images carrément, écrivez-moi SVP.)

Une nouvelle voie vers les étoiles?

To The Stars AcademyIl y a plusieurs mois, j’ai écrit un billet sur le changement de carrière de Tom DeLonge, anciennement de Blink-182, et un passionné de longue date d’ufologie. Dans une entrevue donnée à l’émission Coast to Coast, il annonçait avoir approché des membres du complexe militaro-industriel avec un projet multimédia pour présenter leur version des faits concernant les ovnis. Sur le coup, bien peu l’ont cru. Qu’est-ce qu’un punk quarantenaire s’imaginait obtenir de la sulfureuse Lockheed Martin, voire de la CIA? Puis, le scandale des courriels de Podesta a éclaté, révélant au grand jour des messages de DeLonge mentionnant entre autres le nom d’un de ses informateurs, ce qui a eu pour effet corollaire de confirmer son histoire même si ça lui tirait le tapis de sous les pieds, lui qui insistait tellement sur la confidentialité de ses sources. S’étant temporairement retiré de la vue du public pour laisser passer la tempête médiatique, il est revenu à la charge en donnant d’autres entrevues, notamment à l’émission de Jimmy Church, Fade to Black, pour déclarer qu’une annonce importante allait être faite au cours de l’été. Finalement, avec quelques semaines de retard, le projet a été dévoilé hier.

La compagnie de DeLonge vient de lancer l’Académie des arts et de la science To the Stars, une ambitieuse entreprise financée directement par le public et visant à explorer les limites les plus étranges de la science. Sur leur site Web, vous pouvez regarder une courte vidéo de présentation mettant en vedette DeLonge lui-même, ainsi que les principaux responsables du projet (et vous excuserez mes traductions approximatives des titres de chacun) :

  • Chris Mellon, ancien Secrétaire adjoint à la Défense pour le Renseignement
  • Jim Semivan, ancien cadre des Services de renseignement, Direction des opérations, CIA
  • Dr Hal Puthoff, directeur de programmes de recherche scientifique au DOD, à la CIA et à la DIA
  • Steve Justice, ancien directeur des systèmes avancés chez Lockheed Martin (alias Skunk Works)
  • Luis Elizondo, ancien directeur des programmes d’enquête sur les menaces aériennes non identifiées, É-U

Lire la suite »

[ Mots-clefs : , , ]

People of Earth — Saison 1

People of Earth

Alors que je nage gaiement dans l’ufologie (et la cryptozoologie) depuis plusieurs mois, le moment ne pouvait être mieux choisi pour me plonger sans la première saison de People of Earth. Construite autour d’une dizaine d’épisodes de 21 minutes, cette brillante satire aborde tous les mèmes, les thèmes et les schèmes de l’univers des « abductees ». Les initiés apprécieront la multitude de clins d’œil qui frappent dans le mille, et surtout le travail de recherche évident qui a été investi dans cette production. Cette idée de David Jenkins constitue sa première incursion dans le monde télévisuel. Lorsque sa proposition a reçu l’approbation et le soutien enthousiastes du scénariste/réalisateur Greg Daniels et de Conan O’Brien, le projet a été lancé. La série met en vedette Wyatt Cenac du Daily Show et une distribution composée d’acteurs déjà bien établis dans le milieu de la comédie.

Cenac incarne Oswald « Ozzie » Graham, un journaliste qui se rend à Beacon pour écrire un papier sur StarCrossed, un groupe de soutien rassemblant une poignée d’individus persuadés d’avoir été enlevés par des extraterrestres. D’abord sceptique comme de raison, Ozzie réalise très vite que quelque chose ne tourne pas rond dans ce patelin et qu’il a peut-être été victime lui aussi des visiteurs de l’espace. Pendant ce temps, son enquête est suivie avec inquiétude par le trio d’aliens responsables des kidnappings : Jeff le Gris, Don le Blanc et Kurt le Reptilien, qui s’affairent à jeter les bases d’une invasion tout en se chamaillant sur le partage des tâches. Lorsque Kurt le lézard est accidentellement renversé par une automobiliste en train de texter, Jeff décide de s’occuper personnellement des Terriens préoccupants, ce qui sème la pagaille dans des plans de conquête partant de plus en plus en eau de boudin.

Lire la suite »

Communion — Whitley Strieber

CommunionCela fait des années que j’ai entendu parler de ce classique de l’ufologie paru à l’origine en 1987 sous une couverture de Ted Seth Jacobs illustrant les traits d’un Gris. À l’époque, l’iconographie de cette peste spatiale n’était pas encore ancrée dans l’imaginaire collectif. D’après la petite histoire, le visage énigmatique (un peu plus humain sur l’image que ce que Strieber a vu) a eu tout un effet sur de nombreuses personnes, en dégageant des souvenirs occultés intentionnellement par les visiteurs. Certains n’ont pu s’empêcher de se procurer le livre; d’autres ont dû quitter la librairie où ils se trouvaient tant la créature leur causait un malaise. Les fans des X-Files, quant à eux, se rappelleront la parodie de l’illustration — ultime consécration — dans l’épisode « José Chung’s ‘From Outer Space’ » avec le Gris fumant une clope.

Déjà bien établi comme auteur de fiction (The Wolfen, The Hunger, Catmagic), Strieber a vu son talent être retourné contre lui après la parution de son essai. On lui connaissait une vive imagination et une belle maîtrise des mots. Il écrivait maintenant ses souvenirs d’une vie d’interactions étranges et terrifiantes avec des êtres possiblement venus de l’espace ou d’une autre dimension. Une aubaine pour les détracteurs de tout acabit! Les plus virulents ont été les fondamentalistes chrétiens qui ne lui pardonnaient pas de remettre en question leur cosmologie. Car, toute choquante est-elle, cette aventure a aussi une profondeur spirituelle inattendue. Strieber ne prétend pas savoir qui sont ses visiteurs ni quelles sont leurs intentions. Tout ce qu’il peut décrire avec certitude est le bouleversement intérieur qu’il a subi lorsque ses souvenirs ont enfin afflué après des années d’illusions et d’histoires qu’il se racontait pour justifier ses longues absences et sa constante fuite en avant.

Lire la suite »

23 septembre

23 septembre 2017

L’automne s’est officiellement installé hier, même si la canicule des derniers jours pourrait nous porter à en douter. Les arbres rougissent sous un soleil de plomb pendant que nos voisins du Sud se font lessiver par les vents violents. Parfois, il y a des avantages à vivre au Québec (dans les zones qui ne sont pas inondées du moins).

Le saviez-vous? Aujourd’hui, une autre fin du monde est prévue en raison d’un alignement particulier de constellations, qui aurait des échos dans une scène de l’Apocalypse. Il s’agit de ce passage portant sur la Femme avec le soleil pour manteau, la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles. Et ce, exactement 33 jours après l’éclipse du 21 août… Coïncidence? J’avoue ne pas m’être préparée à l’événement. Mon garde-manger contient un fond de couscous trop salé, des céréales sans OGM et divers accompagnements sans valeur nutritive notable.

Alors, espérons un week-end sans histoire. Profitons de la généreuse dose d’or solaire qui nous est offerte avant l’inévitable grisaille des demi-saisons.

Alien: Covenant

Alien : CovenantNouvel équipage… mêmes aventures? Le reboot de la série Alien par Ridley Scott et Dan O’Bannon se poursuit sur les thèmes philosopho-métaphysiques de Prometheus en abordant la question de notre création. Bien que je trouve l’intiative louable, je suis perplexe de la voir être exploitée sur fond d’attaques de xénomorphes divers!

Fidèle à la tradition, le film met en scène une héroïne au sang froid — Janet Daniels, jouée par Katherine Waterston — incarnant la voix de la raison. (« Non, l’exploration improvisée d’une planète inconnue n’est pas une bonne idée avec une cargaison de colons congelés. ») Notons qu’elle sait manier diverses armes, dont une pelle mécanique en situation aéroportée, un hommage possible à Ellen Ripley dans son robot de manutention. Elle est flanquée de l’androïde de service, Walter, bâti sur le modèle Michael Fassbender à une différence près : il est un peu moins « humain » de sorte à ne pas créer de malaise parmi l’équipage biologique. La version d’origine, David, en prenant un peu trop à ses aises, apprendra-t-on par la suite. S’ajoute un troisième larron, Tennessee, joué par l’impayable Danny McBride. Le reste de l’équipe tend à se fondre dans le décor, avec pour exception Lope (Demian Bichir) et le très religieux Oram (Billy Crudup) à la limite, mais sans plus.

Par un concours de circonstances impliquant une salve de neutrons inopinée, la mort affreuse du capitaine (James Franco, dans le rôle le plus court de sa carrière) et la chanson Take Me Home, Country Roads de John Denver, les membres éveillés du Covenant décident d’explorer une planète inconnue et en apparence habitable. Quelle chance ce serait s’ils pouvaient s’y établir au lieu de se farcir les sept ans de voyage en stase qui les attendent vers Origae-6! Évidemment, l’Éden où ils débarquent est un cas patent de « trop beau pour être vrai », en partie parce qu’ils se comportent presque tous avec autant de stupidité que l’équipage du Prometheus. Certains diront, non sans médisance, que la Weyland-Yutani embauche sciemment des crétins qu’elle envoie en missions-suicides pour nettoyer le bassin génétique terrien…

Lire la suite »

Pax Victoriana 6/6 — Dénouement et Remerciements

Hé voilà : Vous qui attendiez la conclusion, voici que le dernier épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana est disponible depuis peu sur le site de la République du Centaure. Ceci étant un billet autopromotionnel, je me dois de vous promettre une conclusion d’une intensité telle que j’en recommande la lecture à la maison, puisqu’elle risque de vous décoiffer. Nos protagonistes tentent de sortir des États Confédérés ! La nature de nos antagonistes est finalement révélée ! L’Europe et l’Empire Britannique sont sous attaque ! N’attendez pas un seul instant de plus, et allez lire la suite ! (Si vous attendiez la parution du roman entier avant d’en commencer la lecture, voici venu le moment de vous y mettre.)

Ce dernier épisode étant sous le signe de la conclusion, je profiterai de ce billet pour les remerciements qui s’imposent, et quelques mots sur la nature des conclusions.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Pax Victoriana 5/6 — Activisme et oublis

Bonne nouvelle!  Le cinquième épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana est disponible depuis peu sur le site de La République du Centaure.  Ceci étant un billet autopromotionnel, je me dois de vous promettre une lecture qui va vous combler… Dans cet épisode, nos héros démasquent pas un seul mais deux complots d’ampleur globale, vont envahir une base secrète terrée sous le Yucatan, partent à la rescousse de l’un des leurs, voient leurs soupçons confirmés et forment des alliances inespérées.  Ça bouge, et en prime vous assisterez à un bal de débutante où une de nos héroïnes ne se retient pas pour insulter des ordures de racistes…

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Ghost in the Shell (2017)

Ghost in the Shell 2017Comme bien des films, Ghost in the Shell est passé comme une flèche dans les salles. Je n’ai pas eu le temps de me retourner pour aller le voir sur grand écran, mais ce n’est pas bien grave. Il suffit de patienter un petit trois mois avant de pouvoir le louer sur iTunes. Précisons avant toute chose que j’ai vu plusieurs fois la version animée et sa suite, Innocence (qui fera peut-être aussi un jour l’objet d’une adaptation cinématographique, qui sait). Je suis toujours épatée par l’aspect visuel, mais aussi par les personnages et l’intelligence des thèmes abordés. Pour cette raison, j’étais vraiment curieuse de voir le film.

Il fallait s’en douter, celui-ci est avant tout un grand déploiement de CGI — des décors et des personnages aussi artificiels que le corps du Major Mira Killian (Scarlett Johansson). Même son nom est créé de toutes pièces, se voulant un jeu de mots sur « miraculeux » pour souligner la réussite de sa création. L’approche numérique permet ainsi une reconstruction fastidieuse de certaines scènes de la version animée que les fans reconnaîtront sans peine. Mentionnons la scène de combat sur une surface inondée où la présence invisible de l’héroïne se détecte uniquement par des éclaboussures et des effets de camouflage intermittents. Évidemment, tout ceci est du bonbon visuel, même si le rendu des mouvements du corps humain par rapport à la gravité laisse encore à désirer.

Lire la suite »

The White Road — Sarah Lotz

The White RoadAyant lu Trois et Jour quatre de Sarah Lotz, j’attendais avec impatience la sortie de The White Road, qui est finalement paru à la fin du mois de mai. Ne cherchez donc pas ce titre en français, il n’est pas encore traduit. Maintenant que j’y pense, c’est la première fois que je lis la version originale d’un des romans de cette auteure d’origine britannique et résidant actuellement au Cap en Afrique du Sud. Ça m’a permis de voir l’une de ses histoires sous un éclairage tout à fait différent avec ses particularités langagières.

Si les deux premiers titres flirtaient avec la science-fiction et le fantastique (le premier nous présentait d’inquiétants miraculés ayant survécu à l’écrasement simultané de trois avions et le second nous envoyait sur une croisière infernale pendant quatre jours), The White Road reste dans les limites du surnaturel. Les prémices du roman jouent avec l’idée de l’ami invisible, ou third man factor en anglais, selon lequel des personnes dans une situation extrêmement difficile perçoivent une présence amicale qui les soutient et les guide à travers leur ordalie. Dans le roman qui nous intéresse cependant, le phénomène prend une tangente moins habituelle en campant une présence nettement moins chaleureuse.

Le récit commence avec l’exploration clandestine d’un système de cavernes où ont autrefois péri des jeunes gens. C’est justement ce qui attire Simon Newman, dont le site web Journey to the Dark Side peine à générer les revenus espérés. Peut-être que des clichés de cadavres sauront remettre son œuvre sur les rails et attirer des clics. Manquant de peu d’y passer lui-même, Simon découvre ce qu’il cherchait, et plus encore. Quelque chose dans ces souterrains lugubres l’a trouvé et le garde maintenant dans sa ligne de mire. Plus tard, lorsque Journey décolle enfin en satisfaisant la curiosité morbide des internautes, Simon est convaincu par son partenaire de renouveler l’exploit, cette fois sur les flancs de l’Everest.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : , ]

Pax Victoriana 4/6 — Personnages et Action !

Vous qui l’attendiez, voilà que le quatrième épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana est maintenant disponible sur le site de la République du Centaure. Ceci étant un billet autopromotionnel, il est obligatoire de mentionner que cet épisode est le meilleur jusqu’ici : après les périples intercontinentaux des épisodes précédents, voici que celui-ci reste à Albion, explorant un peu plus les rouages de la ville, des ruelles jusqu’au sommet aussi littéral que figuratif du fonctionnement de la ville. Nos héros découvrent de sombres complots, lancent des attaques physiques et politiques, découvrent leur véritable ennemi et subissent des revers vexants. S’en tireront-ils ? Réponse au prochain épisode…

Entre-temps, si l’idée de cet exemple de roman-feuilleton vous plaît, il ne vous reste plus beaucoup de temps pour participer à la compagne de sociofinancement de la prochaine année de la République du Centaure : allez au site des Six Brumes pour en apprendre plus et encourager l’expérience.

Pour ce quatrième billet-accompagnateur, parlons de personnages et d’action. Car c’est à ce quatrième épisode que le caractère de nos personnages les mène à des choix discutables, et qu’une série de péripéties physiques continue à rendre les choses mouvementées.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Pax Victoriana 3/6 — Uchronies et quand la réalité nous rattrape

Hé oui ! Après un petit délai savamment calculé pour vous rendre fou d’en savoir plus, le troisième épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana est maintenant disponible sur le site de La République du Centaure. Puisque ceci est un billet autopromotionnel, je suis tenu de vous promettre aventure, divertissement et grandes idées à la lecture de cet épisode. Après les péripéties globales des deux premiers épisodes, voici que la plupart de nos personnages convergent vers une seule destination — Albion, la ville plus technologiquement avancée de la planète où se déroule le roman. Malheureusement, Albion n’est pas un endroit accueillant pour tous…

Alors que le mystère des sabotages s’épaissit, voilà que nos héros partent à la recherche de pistes prometteuses, et que leurs périples se croisent à temps pour une scène d’action qui vous laissera encore plus sur votre faim pour le quatrième épisode ! Qu’attendez-vous ? Ce troisième épisode vous attend !

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Pax Victoriana 2/6 — Mise en scène et exposition

Le deuxième épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana est maintenant en ligne sur le site de la République du Centaure.

Ceci est un billet promotionnel visant à vous convaincre d’aller lire l’épisode, alors je vous promets une lecture inoubliable ! Vous passerez du temps à Londres, Vienne, Ottawa, les Alpes italiennes, une nanomanufacture écossaise, et la forêt boréale quelque part au sud de Val d’or. Vous suivrez nos protagonistes alors qu’ils enquêtent sur des mystères venus du futur, sont tabassés par des ouvriers ottaviens, et constatent les limites de l’ironique Pax Victoriana. Comme dans tout bon roman steampunk, notre invité d’honneur est Nicolas Tesla… mais Tesla comme vous l’avez rarement vu. Quelques secrets sont révélés, un réacteur explose et un genou est brisé… mais j’en ai déjà trop dit.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]

Sortez!

«

Le soleil arrive, bien que timidement. Profitez du beau temps et essayez de vous éloigner de l’ordinateur! Fractale framboise sera plus tranquille au cours des prochaines semaines (en ce qui concerne ma production de billets) pour cause d’accès léger de cabin fever (la plus jolie traduction est syndrome de l’éternité, voilà pour l’expression du jour).

À moi les grands verres bien frais de kombucha et de limonade!

Pax Victoriana 1/6 — Origines

Hé bien ! Après des années à critiquer la fiction des autres, voici que je passe de l’autre côté du miroir : depuis le 6 mai dernier, vous pouvez lire le premier épisode de mon roman-feuilleton Pax Victoriana sur le site de la République du Centaure.

Ceci est un billet promotionnel, alors je vous promets une lecture sensationnelle : Pax Victoriana est une uchronie qui commence par l’arrivée d’un voyageur en Grande-Bretagne du début du vingtième siècle… à un moment où la reine Victoria règne toujours et que rien ne s’est tout à fait passé comme dans nos livres d’histoires. Avant la fin de ce premier épisode, vous aurez pris connaissance de deux réalités parallèles, de voyageurs temporels, et d’un objet mystérieux qui vaut les pires voyages. Vous aurez aussi rencontré nos sympathiques (?) protagonistes (un paradiplomate, un haut fonctionnaire, une agente spéciale et une mécanicienne), voyagé à Londres et Montréal (avec quelques brefs arrêts à Amsterdam, Chibougamau, Berlin et une usine espagnole) et commencé à comprendre les rouages de cet univers où se côtoient nanotechnologie et esclavage.

Pour marquer la parution des épisodes du roman, je vais poster ici quelques billets pour vous offrir un aperçu derrière les scènes du livre — intentions, actions, révision et suppositions. C’est aussi un endroit où vous pouvez poser des questions ou tenter de prédire ce qui se passera dans les épisodes suivants. Pour ce premier épisode, je vais discuter des origines du roman.

Lire la suite »

[ Mots-clefs : ]
Un blogue, trois auteurs, une multitude d'univers à explorer.
  • Derniers commentaires

  • Derniers billets

  • Archives par date

  • Archives par sujet